Joal-Fadiouth etrenne une aire de transformation de produits halieutiques de 550 millions FCFA

Environnement

Joal-Fadiouth (Mbour), 18 juin (APS) - Le directeur general du Conseil senegalais des chargeurs (COSEC), Mamadou Ndione, a procede jeudi, a Joal-Fadiouth, a la reception provisoire d'une aire de transformation de produits halieutiques moderne d'un cout de plus de 55O millions de francs CFA, a constate l'APS.   Selon le DG du COSEC, cette infrastructure implantee sur le site de transformation avait connu des difficultes dans sa realisation, notamment par rapport au foncier et aux mesures de restriction consecutives a l'apparition de la pandemie de Covid-19. Les travaux qui avaient demarre le 22 decembre 2018 avec la pose de la premiere pierre du chantier.   Cette infrastructure dispose de fours ameliores communement appeles technique FAO-Thiaroye de transformation du poisson (FTT), de zones de sechage, de stockage, d'emballage, de magasinage et d'etiquetage, au profit d'environ 5000 acteurs de transformatrices de poisson.   Dans la realisation de cette aire de transformation, le COSEC a aussi prevu une structure de prise en charge des enfants des femmes transformatrices.   Il a fallu attendre 908 jours plus tard pour que cette aire puisse voir le jour, a explique M. Ndione, qui promet de faire visiter cette aire a la Delegation a l'entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (DER/FJ), le Fonds de garantie des investissements prioritaires (FONGIP) et l'Agence de developpement et d'encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME).   L'objectif, selon lui, c'est de pousser les femmes transformatrices vers l'emergence et l'efficience pour pouvoir, demain, aller dans le cycle de transformation. Il ne s'agit pas seulement, dit-il, que le produit sorte des fours pour etre vendu, mais il s'agira egalement de les accompagner dans l'emballage, l'etiquetage et meme dans l'exportation.   C'est avec le Chef de l'Etat que les senegalais assistent a une revolution qui permettra de tirer profit, le maximum possible, des 718 km de cote senegalaise, a-t-il ajoute, appelant a la solidarite, a la cohesion et a la comprehension des politiques publiques.   C'est avec lui qu'on parle d'aire de transformation moderne de produits halieutiques, de gilets de sauvetage et moteurs hors-bord subventionnes, de port moderne a l'image de ceux de Ndayane et de Bargny-Sendou, le dragage du fleuve Casamance qui a permis au COSEC et d'autres structures d'accompagner la filiere anacarde, a fait valoir Ndione.