Exploitation petroliere: un expert anticipe le danger des marees noires sur la biodiversite marine

Développement Durable

Thies, 8 juin (APS) - L'enseignant-chercheur en oceanographie, ecosystemes marins et cotiers a l'Universite Iba Der Thiam de Thies (UIDT) Ousmane Diankha a attire, mardi,  l'attention sur le danger que represente le petrole sur la biodiversite marine, notamment en cas de maree noire.    Partout ou il y a du petrole, cela represente un danger pour la mer : Kayar, Sangomar, Saint-Louis, Casamance, a dit le specialiste, lors de la journee des oceans, celebree pour la premiere fois par l'UIDT.    Pour l'enseignant-chercheur, le Senegal qui s'apprete a exploiter son petrole offshore, n'a pas les moyens de faire face a une maree noire, que meme les pays europeens ont du mal a maitriser.    Une maree noire dans le delta du Sine Saloum, par exemple, tuerait la mangrove, reservoir de biodiversite, et entrainerait des deplacements de populations vivant principalement de peche, et qui vont  s'appauvrir, a-t-il dit.   Les marees noires ne se limitent pas aux poissons, elles affectent les oiseaux et la mangrove, a-t-il poursuivi. Ce qui lui fait dire que le petrole est une menace pour la biodiversite et le secteur economique cotier.     D'autres menaces contre les oceans ont ete identifiees. Il s'agit, entre autres, de la pollution liee aux micro-dechets plastiques qui, consommes par les poissons, s'introduisent dans la chaine alimentaire pour s'accumuler dans le corps humain.    Sur plus de 300 millions de tonnes de plastiques par an, 8 a 12 millions finissent en mer, ont note des etudiants dans leurs presentations sur le theme Oceans, vie et moyens de subsistance, avec comme sous-theme Oceans : reservoir de biodiversite, producteur d'oxygene et regulateur climatique.   Selon eux, les cinq oceans et la dizaine de mers que compte le globe sont des reservoirs de biodiversite, dont 250.000 especes ont deja ete decouvertes, tandis qu'environ deux millions d'autres especes restent a decouvrir dans les profondeurs marines.   Premiers producteurs d'oxygene du globe, devant l'Amazonie, a hauteur de 50%, les oceans voient cette production reduite, par la pollution qui tue les phytoplanctons, ces micro-organismes marins qui generent ce gaz vital.   En plus de la production d'oxygene, les oceans ont des fonctions de regulation du climat, et d'attenuation des changements climatiques, a-t-il dit.   Ils ont recommande au public de s'informer sur le fonctionnement des oceans, de lutter contre la surpeche, de limiter l'utilisation des plastiques, d'eviter les produits cosmetiques contenant des microbilles, de participer au nettoyage des plages et de promouvoir le recyclage.