Les pays africains invites a developper le capital humain pour reduire la pauvrete +++Abdoulaye Iba Faye, Envoye special de l'APS +++

Afrique

Bamako 22 mai (APS) - La Directrice des Operations de la Banque Mondiale pour le Mali, Soukeyna Kane invite les pays africains a developper le capital humain qui contribue fortement a l'amelioration des revenus des personnes, et a une cohesion plus forte au sein des communautes. Les enjeux lies au developpement du capital humain par l'amelioration des connaissances, des competences et de la sante des populations sont d'une importance capitale pour la Banque mondiale pour atteindre son objectif de reduire la pauvrete et promouvoir une prosperite partagee a-t-elle dit. Elle s'exprimait ainsi en introduisant une communication sur le capital Humain a la 21eme edition du Forum de Bamako (20-22 mai 2021) sur le theme : Developpement durable et capital humain : bilan et priorites operationnelles pour la transition au Mali. En effet, selon la Directrice des Operations de la Banque Mondiale pour le Mali, le capital humain est un moteur central de la croissance durable et de la reduction de la pauvrete dans le monde et, en particulier, en Afrique. Comme le dit si bien Bill Gates, [a long terme, votre capital humain est votre source principale de competitivite. Votre indicateur avance de l'endroit ou vous serez dans 20 ans est l'etat actuel de votre systeme d'education] a-t-elle expliquait, Elle a fait comprendre que malgre des decennies de progres durement acquis dans l'amelioration du capital humain dans de nombreux pays en voie de developpement, la pandemie de COVID-19 menace de reduire serieusement ces efforts et d'exacerber les importantes lacunes qui existaient avant la crise. Les retards en matiere de developpement du capital humain restent particulierement importants dans les economies a faible revenu et dans celles qui, comme le Mali, sont touchees par la violence, les conflits armes et les fragilites institutionnelles a-t-elle tenu a souligner. S'appuyant sur des chiffres, Soukeyna Kane releve qu'il est estime, au niveau global, que ce sont pres de 80 millions d'enfants dans 68 pays qui n'ont plus eu acces aux programmes de vaccination. Par ailleurs, confie-t-elle encore, un rapport de l'UNESCO estime que 24 millions d'enfants, adolescents et jeunes, dont 47% de filles, sont hors du systeme educatif et risquent de ne pas y retourner, compromettant ainsi leurs chances de developper leur plein potentiel. Pour elle, en Afrique subsaharienne, l'impact de la fermeture des ecoles pourrait augmenter les grossesses precoces de 65%, et, par consequent, reduire les chances pour de nombreuses jeunes filles de poursuivre leurs etudes, d'obtenir un emploi remunere et de rester en bonne sante.