Antonio Guterres : "Les programmes de relevement post-Covid doivent tenir compte des besoins des institutions culturelles"

Culture

Dakar, 21 mai (APS) - Le secretaire general des Nations unies Antonio Guterres invite a faire en sorte que les programmes de relevement post-Covid-19 "tiennent compte des besoins des institutions culturelles, des arts et de toutes celles et tous ceux qui appartiennent au monde de la creation". "Alors que les vaccins font renaitre l'espoir, il importe de veiller, partout dans le monde, a ce que les programmes de relevement apres la pandemie tiennent compte des besoins des institutions culturelles, des arts et de toutes celles et tous ceux qui appartiennent au monde de la creation", dit-il dans un message portant sur la celebration de la Journee mondiale de la diversite culturelle pour le dialogue et le developpement.   "La culture est la fleur qui eclot de l'etre humain : fruit de notre esprit, produit de nos traditions et expression de nos aspirations. Sa diversite est source d'emerveillement et fait la richesse de l'etoffe de la civilisation", souligne Antonio Guterres dans un message transmis a l'APS par les services de l'ONU au Senegal.   La culture "est, de surcroit, force motrice en ce qu'elle genere des revenus pour des millions de personnes, stimule le progres economique et renforce la cohesion sociale", releve-t-il.   La Journee mondiale de la diversite culturelle "met a l'honneur cette force prodigieuse" de la culture, estime le patron de l'ONU, selon qui c'est aussi "dans cet esprit que 2021 a ete proclamee Annee internationale de l'economie creative au service du developpement durable".   "Or, ces celebrations echoient a un moment ou la culture est mise a rude epreuve", la pandemie de COVID-19 ayant "bouleverse la planete" et malmene le secteur", a indique Antonio Guterres.   "Aux quatre coins du monde, a-t-il fait observer, les musees ont ferme leurs portes, les salles de concert se sont enveloppees de silence, les theatres ont ete plonges dans le noir, les sites touristiques ont ete desertes et d'autres activites culturelles ont ete mises de cote pour permettre aux societes de composer avec la mort et le chaos".   "Dans une epoque gangrenee par la haine et l'intolerance, la diversite n'est pas uniquement une cause a defendre : elle doit etre un investissement", note-t-il dans son message.    Il fait aussi observer que les societes contemporaines sont multiethniques, multireligieuses et multiculturelles. "C'est la une richesse, et non une menace. Il nous incombe donc de veiller a ce que chaque communaute ait le sentiment que son identite - sa culture - est respectee", a recommande le SG de l'ONU.