Emploi des jeunes : un imam met l'Etat en garde contre les malversations financieres

Religion

Thies, 13 mai (APS) - Tafsir Babacar Ndiour, l'imam de la mosquee Moussante, a Thies (ouest), salue les decisions annoncees par l'Etat pour offrir des emplois aux jeunes, tout en mettant les autorites en garde contre les risques de detournement des fonds prevus.    Les 450 milliards de francs CFA dont on parle pour l'emploi des jeunes, c'est bien, et ils doivent impacter tous les secteurs dans lesquels ils seront injectes, a dit le celebre guide religieux dans un preche donne apres la priere de l'Aid el-Fitr, jeudi.   Ce qui est sur, c'est que si on les injecte dans des agences deja existantes ou dans de nouvelles agences, ce ne sera que le debut de la bureaucratie, des voitures, voyages et missions a n'en plus finir, des gros salaires, a averti Tafsir Babacar Ndiour.    Si les risques de detournement des fonds publics annonces par l'Etat ne sont pas maitrises, ca debouchera sur des audits sans suite, un partage du gateau. Partout ou l'argent passera, il doit y avoir une tracabilite. Ce n'est pas des sommes a distribuer, a prevenu le guide religieux. Ma conviction, que je partage avec beaucoup de gens, c'est qu'on doit les (les fonds publics) investir (...) dans le monde rural, dans des infrastructures agricoles, d'elevage et de peche. Cela profitera a tout le monde, et nul n'osera plus dire 'je n'ai pas d'emploi', a dit M. Ndiour.   Il a donne son preche en presence de plusieurs personnalites de la ville de Thies, dont Yankhoba Diattara, le ministre charge de l'Economie numerique. L'imam a egalement exhorte les jeunes au culte du travail. Cette religion, l'islam, accorde une place tres importante au travail (...) Cette religion nous recommande le travail et non la paresse, a-t-il dit.   Le travail est important dans la vie de l'homme et de son pays. Il eloigne l'ennui, l'envie, le vice et le besoin. Il humanise par le lien social qu'il cree et maintient nos capacites intellectuelles en eveil, a souligne Tafsir Babacar Ndiour.    La publicite de l'avortement medicalise   Puisqu'un homme sans besoin n'existe pas, le travail devient un devoir dont l'homme doit s'acquitter pour satisfaire ses besoins et eviter la mendicite, a ajoute l'imam.   Il a invoque un hadith du prophete Mahomet (PSL) en vertu duquel l'homme ne peut rien trouver de mieux a manger que ce qu'il a produit de ses mains.   Le guide religieux a souligne la capacite des branches du secteur primaire, la peche, l'elevage et l'agriculture, a generer des emplois.   M. Ndiour estime que le Senegal dispose des terres parmi les plus fertiles d'Afrique de l'Ouest et d'importantes ressources en eau. Il a donne en exemple la zone des Niayes, qui s'etend de la region de Dakar (ouest) a celle de Saint-Louis (nord).   L'imam de la mosquee Moussante a egalement denonce l'accaparement des terres appartenant aux paysans par des entreprises etrangeres ou locales.   Il a invite l'Etat du Senegal a faciliter le fonctionnement de la NSTS, la Nouvelle societe textile senegalaise, une entreprise basee a Thies, qui a recemment repris ses activites. L'imam propose de relancer la Sotexka, la Societe des textiles de Kaolack (centre), pour permettre au Senegal de fabriquer et de consommer ses propres tissus.   Il a denonce la publicite de l'avortement medicalise. Les musulmans senegalais doivent s'elever contre toute tentative visant a legaliser l'avortement, selon Tafsir Babacar Ndiour.    Ils doivent aussi exiger la criminalisation de l'homosexualite, qui detruit la societe.   Yankhoba Diattara s'est rejoui du preche de l'imam et de sa correlation avec l'ambitieux programme de recrutement de 65.000 fonctionnaires lance par le president de la Republique.