Aid el-Fitr : a Mbour, reseaux sociaux, politique et derapages mediatiques dans le sermon de l'imam

Société

Mbour, 13 mai (APS) - Les reseaux sociaux, la plethore de partis politiques au Senegal, les recommandations coraniques, l'education et les derapages mediatiques ont ete l'objet du sermon de l'imam El Hadji Ibrahima Faye, lors de la priere collective de l'Aid el-Fitr a Mbour (ouest).   L'utilisation des reseaux sociaux ne doit pas etre une malediction, mais plutot une benediction pour notre pays (...) Chaque citoyen a le devoir d'en faire un avantage et de les mettre au service du developpement economique, a dit le guide religieux aux fideles.   A son avis, les reseaux sociaux peuvent etre utilises au service de la paix et de la stabilite du pays.   Il a dirige la traditionnelle priere de l'Aid el-Fitr, au terrain Santessou, a Mbour, en presence de nombreux fideles.   El Hadji Ibrahima Faye a insiste sur l'education islamique et les recommandations du prophete Mahomet (PSL), qui doivent etre utilisees pour premunir la societe senegalaise des derives.   L'education de nos enfants doit commencer a la maison, pas a l'ecole ou dans la rue, a-t-il rappele aux fideles.   Le guide religieux a denonce les derapages devenus monnaie courante dans les medias, sur les plateaux des chaines de television notamment. Des propos irresponsables sont souvent vehicules par les medias par des va-t-en-guerre, a deplore El Hadji Ibrahima Faye.   Les leaders politiques et leurs militants n'ont pas ete oublies de l'imam mbourois. Les politiciens sont une infime minorite de notre societe et ils n'aiment pas leur pays, sinon le Senegal ne se retrouverait pas avec plus de 300 partis politiques, a-t-il soutenu.   M. Faye a rappele aux fideles l'importance de l'Aid el-Fitr et de quelques recommandations de l'islam, celle de la tenue decente par exemple. Les musulmans doivent faire preuve d'une decence irreprochable en matiere d'habillement, a-t-il dit, insistant en meme temps sur le devoir de chaque croyant de faire preuve de pardon, de tolerance, de solidarite et d'entraide envers ses semblables.   Devant Dieu, le jour de la resurrection, tous les comptes seront soldes dans le moindre detail. Pour pretendre a une place (...) au paradis, le croyant doit [eviter] la calomnie et les balivernes, respecter les heures de prieres, les recommandations de l'islam, de la sunna du prophete Mahomet (PSL), a-t-il rappele.   Tout musulman qui ne prie pas est considere comme un mecreant, a martele El Hadji Ibrahima Faye. Il a insiste aussi sur le devoir du musulman de s'acquitter de la zakat (l'aumone), laquelle doit etre faite aux ayants droit avant la priere de l'Aid el-Fitr, faute de quoi le jeune ne sera pas recompense.