RSF denonce les multiples atteintes a la liberte de la presse au Senegal

Politique

Dakar, 5 mars (APS) - Reporters sans frontieres (RSF) denonce dans un communique une multiplication des atteintes a la liberte de la presse inedite au Senegal durant ces dernieres annees et fait remarquer que les tensions observees cette semaine, en lien avec l'arrestation de l'opposant Ousmane Sonko, n'epargnent pas les medias. Alors que le pays est emaille de heurts et de protestations apres l'arrestation du principal opposant au president senegalais, Reporters sans frontieres denonce une multiplication des atteintes a la liberte de la presse inedite ces dernieres annees au Senegal, lit-on dans un communique publie vendredi sur le site Internet de l'ONG specialisee dans la defense et la promotion de la liberte de la presse.   L'opposant et depute Ousmane Sonko, leader des Patriotes du Senegal pour le travail, l'ethique et la fraternite (Pastef), a ete arrete mercredi 3 mars, dans le cadre d'une affaire de moeurs.   Le principal opposant du president Macky Sall, arrive troisieme a l'election presidentielle de 2019, est vise par des accusations de viols repetes et de menaces de mort portees sur lui par une employee d'un salon de beaute et de massage situe a Dakar.    Son arrestation a declenche une vague de protestation et de nombreuses scenes de violences dans tout le pays, releve RSF dans son communique.    Des le lendemain de son arrestation, le Conseil national de regulation de l'audiovisuel (CNRA) a suspendu pour une duree de soixante-douze heures les signaux des chaines de television privees SenTv et WalfTv en leur reprochant une couverture irresponsable de la situation et des violations flagrantes de la reglementation de l'audiovisuel au Senegal, rappelle l'ONG.   Elle signale egalement que la veille, le CNRA avait mis en garde dans un communique ces deux chaines et une autre, la 2STV, en declarant avoir constate dans leur retransmission des appels repetes au soulevement populaire en diffusant des images d'insurrection en boucle.   Des medias ont egalement ete sciemment attaques. Jeudi soir, des individus ont partiellement detruit la devanture et les murs de l'immeuble abritant les locaux de la radio RFM et du quotidien L'Observateur, proprietes du Groupe futurs medias, du musicien Youssou Ndour, indique RSF.    Elle dit avoir recueilli des informations selon lesquelles les locaux du quotidien Le Soleil ont egalement ete attaques par des individus qui y ont mis le feu.   Et des journalistes ont ete blesses mercredi 3 mars par les forces de l'ordre, lorsque Ousmane Sonko se rendait a une convocation au palais de justice de Dakar, affirme Reporters sans frontieres.    L'ONG fait aussi etat de perturbations enregistrees sur les reseaux sociaux comme YouTube, Facebook et WhatsApp, comme a pu le constater le bureau de RSF a Dakar.   Nous exhortons les autorites a ne pas faire de l'information et de ceux qui la produisent des victimes supplementaires de ces violences, declare le directeur du bureau Afrique de l'Ouest de RSF, Assane Diagne.    Nous demandons a l'autorite de regulation de lever les mesures de suspension qui constituent une serieuse entrave a la liberte d'informer et d'etre informe. Nous denoncons egalement les attaques que rien ne justifie et rappelons aux autorites leur obligation d'assurer la securite des journalistes et de leur lieu de travail, ajoute-t-il dans le communique.   Le gouvernement senegalais, dans un communique publie jeudi soir, avait mis en garde contre la couverture tendancieuse des evenements par certains medias, de nature a attiser la haine et la violence".   Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Senegal (SYNPICS), reagissant a cette situation, a qualifie la suspension des televisions de plan de decapitation de la presse senegalaise et l'ensemble des attaques visant les journalistes et les medias d'atteinte au systeme de gouvernance du pays.    Le SYNPICS a demande au ministre de l'Interieur de prendre toutes les mesures idoines pour assurer la securite des medias, quelle que soit leur ligne editoriale, affirme le communique de RSF.   Le Senegal occupe la 47e place au classement mondial de la liberte de la presse de RSF.