Seynabou Bâ du PADELU relève les limites sérieuses dans les procédures de passation des marchés

2

Dakar, 23 juin (APS) - La secrétaire permanente du Programme d'appui au développement urbain (PADELU), Seynabou, Bâ a relevé des limites sérieuses dans les procédures de passation des marchés à cause du non respect en terme de demande d'avis de la Commission nationale des contrats d'administration (CNCA). C'est une disposition qui est assez peu connue et pourtant tous les marchés doivent passer par la CNCA avant que le représentant de l'Etat puisse approuver le marché, a notamment expliqué Mme Bâ qui intervenait mercredi lors du séminaire d'information et de sensibilisation sur les procédures de passation des marchés publics, ouvert mardi à Dakar et auquel prennent part des élus locaux et des techniciens de la finance. Le séminaire qui regroupe également des receveurs municipaux, vise l'application du nouveau code des marchés par les communes. Il est organisé par le programme d'appui au développement urbain. Qualifiée par les participants d'ouverture à la démocratie et à la transparence dans la gestion des deniers publics, la rencontre vient à son heure pour les différents participants qui ont en charge le développement des communes, a estimé le maire de Khombole (98 km de Dakar), Ababacar Bâ. (...) on a besoin de cette formation pour pouvoir bien exécuter les projets et dans ce cadre la passation des marchés est d'une importance particulière, a dit M. Bâ. Selon lui, la formation est importante non seulement pour les maires mais pour l'ensemble des acteurs et même des populations appelées à comprendre les modes de passation des marchés. Ce qui, à son avis permettra à tout un chacun de savoir ce qu'il faut faire. Le même sentiment a été exprimé par Cheikh Sadibou Sidibé, chef du service de l'urbanisme et de l'habitat de Kaolack. Selon lui, les personnes qui sont chargées de gérer les collectivités ne sont pas encore très habituées à utiliser le nouveau code. C'est une opportunité pour elles d'apporter des éclaircissements dans les zones d'ombre constatées dans le code au niveau de sa pratique. Les différents acteurs vont discuter des problèmes qu'ils rencontrent car il est prévu des études de cas et chacun pourra s'y retrouver et devra utiliser au mieux ce code, a souligné Cheikh Sadibou Sidibé. Sur un autre plan, les participants ont jugé intéressante la formation au moment où la mauvaise gestion de certains maires est souvent décriée par les populations. C'est vrai que très souvent les gens décrient la gestion des maires, il est vrai qu'il y a en qui ne font pas de la bonne gestion. J'espère qu'ils vont pouvoir se conformer à la légalité par rapport à la gestion des deniers qui sont mis à notre disposition, a confessé Ababacar Bâ. Quant à son camarade de Kaolack, il souhaiterait que la formation puisse continuer. Les hommes qui ont les destinées des communes changent à chaque fois. Il faudrait renouveler ce genre de rencontres pour les gens qui ne possèdent et ne maîtrisent pas le code des marchés. BS/IN/CTN/LTF/ALS --- 18h 15mn/GMT