Panapress : les employes lancent une greve illimitee pour revendiquer 38 mois d'arrieres de salaire

Société

Dakar, 7 dec (APS) - Des employes de l'Agence panafricaine d'information (Panapress) ont annonce avoir lance lundi une greve illimitee, dans le but d'obtenir le paiement d'un salaire regulier et le reglement de trente-huit mois d'arrieres de salaires contractes au cours des sept dernieres annees.   La greve a ete entamee a la suite d'un vote au cours duquel une large majorite des travailleurs a decide de l'observer, indique un communique du Collectif des agents de la Panapress.   Les travailleurs reclament le paiement de trente-huit mois de salaires, alors qu'ils esperaient le reglement des arrieres que leur doit l'entreprise dans les six a douze mois qui allaient suivre le mois de septembre.   Selon le collectif, les employes n'ont recu depuis debut 2020 que deux salaires (en fin janvier et avril) et des demi-salaires en fin mai, juin, juillet et aout. Ils sont actuellement a trois mois sans salaire, depuis le debut de l'annee.   Le collectif signale que dans le cadre des demarches qu'il a entreprises pour un reglement des arrieres de salaires, il a rencontre, il y a quelques jours, des deputes et un conseiller du president senegalais, lesquels leur ont fait part de toute leur indignation.    Les deputes ont promis de saisir les ministres de tutelle de la PANA, a savoir le ministre de la Communication et son collegue charge des Affaires etrangeres, tandis que le conseiller du president dit avoir pris 'bonne note' de leurs revendications.    La greve decretee lundi survient apres une autre greve illimitee de pres de deux mois (aout et septembre), que les employes de la Panapress avaient observee en 2018. Une greve a l'issue de laquelle ils avaient recu le paiement de dix mois de salaires en deux tranches, tandis que ceux qui devaient aller a la retraite ou avaient fait un depart negocie ont ete integralement payes. Selon le collectif, l'agence traverse depuis 2003 une crise financiere a la fois structurelle et chronique, qui s'est manifestee par l'absence de paiement regulier des salaires, le depart de la majeure partie du personnel du siege, notamment les journalistes qui ont vu leur nombre passer d'une vingtaine, en 2004, a deux actuellement.    La mauvaise passe que traverse la PANAPRESS serait largement liee a la crise politique en Libye, l'un des principaux actionnaires de l'entreprise.   Le collectif affirme que les bureaux regionaux de Yaounde (pour l'Afrique centrale), d'Abidjan (pour l'Afrique de l'Ouest), Nairobi (pour l'Afrique de l'Est), Addis-Abeba (siege de l'Union africaine), Lagos (Nigeria) et du Cap (pour l'Afrique australe) ont ete fermes (...) a cause des difficultes financieres.   Vieux projet de l'ex-Organisation de l'unite africaine (devenue Union africaine), l'Agence panafricaine d'information, dont le siege est a Dakar, a diffuse ses premieres depeches le 25 mai 1983.  Elle a pour missions essentielles, entre autres, de servir de source d'information a la presse africaine et de fournir au monde entier des informations fiables, credibles et positives sur l'Afrique, collectees, ecrites et diffusees par des Africains.   Interpellee par l'APS, la direction de l'agence panafricaine souhaite attendre de prendre connaissance des allegations du collectif avant de reagir, ce qu'elle devrait etre en mesure de faire mardi.