Les marches publics doivent etre au service du developpement, selon Baidy Agne

Economie

Dakar, 2 dec (APS) - Le president du Conseil national du patronat (CNP), Baidy Agne, a estime mercredi que les marches publics, au-dela de la regulation, doivent etre au service du developpement economique et social.    Bien sur, les marches publics doivent jouer un role absolument important, en dehors tout simplement de l'aspect de regulation, de transparence, en etant au service d'un developpement economique et social, a-t-il declare.   Baidy Agne s'exprimait ainsi a l'issue d'une visite de courtoisie qu'il a effectue au siege de l'Autorite de regulation des marches publics (ARMP).    Sur place, il a eu droit a une presentation rapide de l'ARPM, son programme de formation, les attributs juridiques du comite de reglement des differends (CRD), ainsi que deux autres projets en phase de finalisation a savoir la reforme de la commande publique en cours et la dematerialisation des procedures de marches publics.   Apres cette visite, on se rend compte qu'on ne connait pas suffisamment l'ARMP dans tout ce qu'ils font en termes de formations, en prenant le leadership sur des reformes globales dont le pays appelle toutes les administrations a le faire, notamment les problematiques de dematerialisation des procedures et les differentes administrations, a fait savoir Baidy Agne.   Il est revenu sur certaines questions essentielles de la commande publique a savoir le fractionnement, les notions de groupements d'entreprises, les offres spontanees qu'on trouve dans le code des marches publics. Baidy Agne a egalement aborde le renforcement du secteur prive national dans des dispositions du Code des marches publics.    A ce propos, il a sollicite, dans le contexte actuel ou l'on evoque les problematiques de contenu local, des problematiques de toutes les differentes formes de passation des marches, l'organisation d'une journee ou demie journee de reflexion sur ces questions, en relation avec l'ARMP, et le secteur prive dans sa diversite.   La question n'est pas toujours de chercher des faveurs, mais, sur le plan strategique, de voir un peu, comment aborder certaines questions, certains marches, a pour sa part soutenu le directeur de l'ARPM, Saer Niang.   Il a sur ce point souligne que dans la plupart des Codes des marches publics, la question du fractionnement, consistant a effilocher les marches pour en faire de petits marches, repute contreproductif, est bannie.   Toutefois, il est d'avis que quand on cree les conditions de concurrence de cette nature, en regroupant tous les marches, en faisant de tres grands marches, il reste peu de chances pour le PME pour pouvoir les remporter.   Ainsi, selon lui, face aux grands soucis dans un pays comme le notre de creer des emplois et dans un souci de soutenir les Petites et moyennes entreprises, il est necessaire et essentiel pour les entreprises senegalaises de pouvoir se regrouper, de discuter et donc d'avoir une offre commune.    Ceci, a-t-il explique, leur permettra de repondre a l'ensemble des exigences des dossiers d'appels d'offres, de pouvoir competir, et donc, avec la marge de preference, de pouvoir se donner les moyens de remporter ces marches. Fort de ce constat, Saer Niang a egalement, comme son interlocuteur du jour, invite a l'organisation d'une journee de reflexion, de travail pour relire ensemble le Code des marches publics.   Il s'agira d'interroger la pratique de la commande publique durant ces dix dernieres annees, et voir un peu, quels sont les moyens, les modifications, les changements qu'il faudra susciter de maniere a adapter davantage notre architecture de la commande publique, de maniere a permettre aux entreprises nationales de voir leur part dans les marches publics s'accroitre de facon considerable, a t -il explique.