L'urgence de financer la sante de la reproduction des jeunes soulignee

International

Dakar, 27 nov (APS)- La coordonnatrice de la Coalition des Organisations de la Societe Civile pour le financement de la Planification Familiale (OSC/PF), Safietou Diop, a souligne vendredi, l'urgence de financer la Sante de Reproduction des Adolescents et des Jeunes (SRAJ).   L'etat des lieux montre qu'il y a de strategies qui ont ete mises en oeuvre mais il y a jamais suffisamment de financement pour mettre en oeuvre. C'est urgent de financer la Sante de Reproduction des Adolescents et des Jeunes (SRAJ), a declare Safietou Diop, coordonnatrice de la Coalition des Organisations de la Societe Civile pour le financement de la Planification Familiale (OSC/PF).   Mme Diop egalement presidente du Reseau Siggil Jiggen a indique que face a la crise economique, l'aide au developpement va diminuer donc les pays doivent chercher des solutions internes et innovantes pour le financement des programmes de sante.   S'exprimant au forum sur le financement de la Sante de Reproduction des Adolescents et des Jeunes (SRAJ), elle a estime qu'il nous faut nous orienter  vers des reflexions durables. Par exemple mener un plaidoyer pour avoir des parts de financement avec les ressources du petrole et du gaz.   Pour le responsable du projet Women Deliver au Reseau Siggil Jiggen, Oumy Ngom, les etudes ont montre qu'il y a beaucoup de choses a faire car la Sante de la Reproduction est sous-financee avec une persistance des grossesses precoces et un faible acces des jeunes aux services de sante.   Dans ce sillage, le consultant Docteur Mor Ngom qui a realise l'etude sur la cartographie des ressources pour le financement de la SRAJ : resultats preliminaires , a soutenu qu'il faut mettre en place un mecanisme inclusif fonctionnel d'allocation et de mobilisation des ressources destinees a la sante des adolescents et des jeunes pour des services prenant en compte un environnement sanitaire, social et reglementaire adapte aux besoins specifiques.   Selon lui, il ya une sous estimation des besoins pour la prise en charge de la SRAJ : 0,5% du dossier d'investissement meme si elle est de plus en plus mise en exergue dans les differents plans.   Cependant, a-t-il precise que il ya des besoins financiers non couverts pour certaines sous composantes de la SRAJ, une insuffisance de visibilite des differents financements existants et une dependance au financement exterieur.   Il a ainsi appele a faire un plaidoyer pour une allocation renforcee par l'Etat du Senegal du budget destine a la SRAJ avec un focus sur les regions qui ne sont pas priorisees dan les projets et programmes d'une part et d'autre part sensibiliser les collectivites territoriales pour une inscription dans leur budget du financement de la SRAJ.   SKS/OID