Une partie de la subvention dediee aux intrants va revenir aux engrais bio-organiques (officiel)

Agriculture

Thies, 25 nov (APS) - Le ministere de l'Agriculture et de l'Equipement rural envisage de consacrer une partie de la subvention des intrants, a l'achat d'engrais bio-organiques, pour soutenir l'agriculture biologique, a annonce, mercredi a Thies, Amadou Oury Diallo, conseiller technique au sein de ce departement ministeriel. "Aujourd'hui, je peux vous donner une information que je peux partager, c'est qu'il y a une bonne initiative de prendre une partie du budget pour subventionner les engrais bio-organiques", a-t-il dit.   La mise en oeuvre de cette decision devrait demarrer "cette annee ou tout au plus l'annee prochaine", a precise ce conseiller technique, peu apres avoir preside la ceremonie d'ouverture d'un atelier de la plateforme nationale d'agriculture biologique.     Cette option constitue un changement majeur", estime M. Diallo qui dit travailler sur ce dossier depuis un an, sur instruction du ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural.    Il n'a toutefois pas souhaite preciser la part de la subvention qui sera allouee aux intrants bio-organiques.   Selon lui, l'agriculture ecologique a toujours ete pratiquee, de maniere traditionnelle au Senegal, malgre une croissance de plus en plus importante de l'agriculture conventionnelle.   Mais face au besoin urgent d'atteindre l'autosuffisance alimentaire et nutritionnelle, l'agroecologie necessite, pour assurer un certain niveau de production, de grandes superficies et une importante main d'oeuvre. Ce qui "n'est pas evident", a-t-il releve.   "C'est la ou le conventionnel a sa place", a-t-il ajoute, soulignant l'importance d'adopter un systeme agricole hybride conventionnel-ecologique. L'impact des engrais chimiques est plus rapide que celui des engrais bio-organiques, mais ces derniers sont meilleurs pour la sante, fait-il valoir.   Selon lui, chaque contexte se rapporte a un type d'agriculture determine, d'ou le travail de pedagogie a abattre, pour vulgariser l'agroecologie.   Pour Doudou Diop, president de la Federation nationale pour l'agriculture biologique (FENAB), cette decision du ministere d'affecter une partie du budget a l'achat d'engrais bio-organiques est "un progres" traduisant un niveau d'engagement selon lui jamais atteint auparavant par l'Etat, par rapport a l'agroecologie.   Thierno Cisse, coordonnateur du Conseil national de concertation des ruraux, assurant le secretariat de cette plateforme nationale, a fait lui etat davancees importantes" dans le developpement de l'agroecologie au Senegal.   Il evoque a ce sujet la mise en place par l'Etat d'un PSE vert, dans lequel l'agriculture ecologique occupe "une place tres importante".    Le developpement de cette agriculture sans engrais chimiques figure aussi au nombre des cinq priorites definies par le president de la Republique son present mandat, a signale M. Cisse.   S'y ajoute que de plus en plus d'acteurs s'engagent dans l'agriculture biologique, partout sur le territoire national, avec environ 7.000 ha dedies a l'agroecologie, a-t-il dit, citant une enquete.   "Beaucoup de bonnes pratiques sont disponibles, pour faciliter la mise a l'echelle de l'agriculture biologique", a-t-il soutenu, sans compter que des decisions ont ete prises dans la sous-region en faveur de son envol, note-t-il.   La plateforme nationale des acteurs de l'agriculture biologique qui se reunit a Thies, devrait contribuer davantage a cette dynamique. Des participants ont invite le ministere de tutelle a diligenter l'arrete fixant sa creation.     Cette instance compte plus de 200 structures, en majorite des organisations paysannes et de producteurs, selon M. Diop.