Agroecologie : la plateforme nationale se reunit pour deux jours a Thies

Agriculture

Thies, 25 nov (APS) - Un atelier national de la plateforme nationale de l'agriculture biologique s'est ouvert mercredi pour deux jours a Thies, en vue de plancher sur les modalites d'une dynamique unitaire des acteurs de ce sous-secteur de l'agriculture.   Pendant deux jours, des organisations paysannes et de producteurs discuteront sur des pistes de collaboration, visant a integrer l'agriculture biologique dans les politiques publiques, a dit Thierno Cisse, coordonnateur du Conseil national de concertation des ruraux (CNCR), qui assure le secretariat de la plateforme.   M. Cisse s'adressait aux journalistes, apres la ceremonie d'ouverture de l'atelier, presidee par Amadou Oury Diallo, conseiller technique au ministere de l'Agriculture et de l'Equipement rural.   Etaient representees a cette rencontre plusieurs organisations faitieres, dont notamment la Federation nationale pour l'agriculture biologique (FENAB) et le CNCR.   Le Projet d'appui a la transition agroecologique (PATAE), un projet de la CEDEAO,  financant le developpement de l'agriculture biologique dans cinq pays dont le Senegal, participe aussi a cet atelier.   Forte de plus de 200 structures, en majorite des organisations paysannes et de producteurs, la plateforme est pilotee par le ministere de l'Agriculture.    Elle vise a regrouper tous les acteurs, pour capitaliser les bonnes pratiques, les diffuser largement, mais surtout echanger entre l'ensemble des acteurs, y compris l'Etat, qui a la responsabilite de definir les politiques, a dit M. Cisse.   Le president de la FENAB, Doudou Diop,  a salue le niveau d'engagement de l'Etat, qui a apporte sa caution a cette plateforme, en la dirigeant.   Soulignant la multiplicite des initiatives, des acteurs et des organisations, avec autant de propositions, Amadou Oury Diallo a indique que ceux de l'agriculture agro-ecologique ont un interet strategique a s'unir, dans un environnement  ou ils ne sont pas suffisamment pris en compte.   L'idee de mettre en place une plateforme nationale des acteurs de l'agroecologie a vu le jour en 2014, selon le president de la FENAB.   Le processus s'est poursuivi jusqu'en 2020, ou l'Etat s'est engage a l'accompagner. Ce que nous recherchons (a travers cette plateforme), c'est l'appropriation par le gouvernement de ce que nous faisons, a explique M. Diop.   Pour lui, cette reconnaissance de l'Etat peut renforcer les actions menees dans ce secteur, ou jusque-la, les ONG etaient les plus en vue de par leurs efforts.