Une operation de denombrement des oiseaux dans le Delta en janvier avec la FAO

Environnement

Dakar, 17 nov (APS) - La FAO va a appuyer a partir de la mi-janvier 2021, la direction des parcs nationaux dans une operation de denombrement des oiseaux d'eau dans le Delta du fleuve Senegal, a appris l'APS.   En esperant que la situation pandemique nous epargne autant que possible, nous appuierons, a la mi-janvier 2021, la direction des parcs nationaux du Senegal (DPN) a la realisation du denombrement des oiseaux d'eau dans le Delta, a annonce a des journalistes, Bruno Portier, coordonnateur du Projet Ressouce pour la FAO.   Selon lui, ce projet vise le renforcement d'expertise au sud du Sahara sur les oiseaux d'eau et leur utilisation rationnelle en faveur des communautes et de leur environnement.   Il s'agira ainsi du 33eme denombrement consecutif, selon le responsable de la FAO, relevant que l'obtention de telles series temporelles de donnees est essentielle pour assurer le suivi des tendances de populations sur le long terme.    M. Portier a rappele qu'en 2019, Abdou Karim Sall, le ministre de l'Environnement et du Developpement durable, avait honore de sa presence la ceremonie d'ouverture de cette operation de denombrement dans le Delta.   Le ministre avait, a cette occasion, selon l'expert, rappele le role ecologique majeur du Parc national des oiseaux du Djoudj (Saint-Louis) pour tout le Senegal.   Nous avons egalement lance dans la zone des Trois Marigots une experience innovante de production experimentale du nenuphar blanc des etangs Nymphea alba, en vue de promouvoir une agriculture a faible impact, respectueuse de la qualite de l'eau et des habitats des oiseaux d'eau, a souligne Bruno Portier.    Selon lui, le nenuphar blanc possede egalement de nombreuses vertus therapeutiques mais aussi nutritives, en particulier ses graines qui sont transformees par les femmes en une semoule de couscous tres appreciee.    Il s'agira d'ameliorer la connaissance sur la culture du nenuphar, de comparer sa production en milieu naturel et dans une culture experimentale ou la production sera egalement comparee a la production de riz cultive de maniere artisanale. Nous ferons part des resultats d'ici quelques mois, a ajoute Bruno Portier.   Il a signale que les oiseaux d'eau representent traditionnellement une source de nourriture ou de revenus importante pour les populations rurales saheliennes vivant a proximite des zones humides.    Les zones humides saheliennes sont le siege d'importantes activites economiques, agricoles, pastorales et abritent egalement une riche biodiversite, en particulier de nombreux oiseaux d'eau, selon toujours l'expert.    Cependant, l'impact du changement climatique et les baisses de pluviometrie dans le Sahel, les grands projets d'amenagement hydro-agricoles et l'exploitation intensive des ressources naturelles mettent en peril ces zones humides, a fait savoir le coordonnateur du projet Ressources pour la FAO.   Dans ce contexte incertain, le projet poursuit plusieurs objectifs, selon lui. Il cherche notamment a ameliorer les connaissances sur les oiseaux d'eau dans le Sahel, en renforcant les capacites nationales pour le suivi de leurs populations et en etudiant les prelevements et les filieres d'utilisation des oiseaux d'eau (chasse vivriere, chasse commerciale et autres usages).    Il vise surtout a preserver les habitats naturels, en vue de garantir a long terme les services importants rendus par ces zones humides et dont les populations locales tirent de nombreux benefices, notamment en termes de securite alimentaire et de developpement local.   SG/OID