Le Senat francais approuve la restitution de biens culturels au Benin et au Senegal

Culture

Dakar, 6 nov (APS) - Le Senat francais declare dans un communique avoir approuve a l'unanimite de ses membres la restitution de biens culturels au Benin et au Senegal.   Il a donne son feu vert a cette restitution en adoptant un  projet de loi qui, selon la rapporteuse  Catherine Morin-Desailly, vise a faire sortir 27 biens culturels des collections nationales,  afin de permettre leur restitution au Benin et au Senegal, qui les ont reclames respectivement en 2016 et en 2019.   Le communique publie sur le site Internet de cette institution francaise rappelle que ces biens sont arrives en France comme prises de guerre.    D'apres Catherine Morin-Desailly, le sabre que le projet de loi vise a rendre au Senegal aurait ete confisque a Amadou Tall, le fils d'El Hadj Omar Tall, par le general Archinard apres la prise de Bandiagara en 1893. Le sabre est dans les collections du musee de l'Armee en 1909, a la suite d'un don du general Archinard.   Pour le Benin, il s'agit de 26 objets destines a etre rendus. Ils proviennent du palais royal d'Abomey.   Il s'agit de statues, de portes en bois sculptees, d'autels portatifs, de trones, de sieges, d'un metier a tisser, d'un fuseau, d'une tunique, d'un pantalon de soldat et d'un sac en cuir.   Ces objets ont ete emportes en 1892 par le general Dodds, commandant des armees coloniales francaises, dans le cadre de la guerre du Dahomey qui l'opposait au roi Behanzin. Ils sont aujourd'hui, au musee du Quai Branly-Jacques Chirac, a Paris, precise le communique.   Selon le texte, le Benin et le Senegal considerent qu'il s'agit de pieces particulierement symboliques au regard de leur patrimoine, de leur culture et de leur histoire.   Les 26 objets beninois font partie du tresor de Behanzin, dernier roi d'Abomey.   Quant au sabre, il provient de la famille d'El Hadj Omar Tall, qui est considere au Senegal comme la figure du resistant africain a la conquete occidentale et a la colonisation.   Cette nouvelle loi adoptee par le Senat vient s'ajouter a celle de l'Assemblee nationale francaise du 6 octobre 2020.