"Le merite s'etouffe" du journaliste Mohamed Gassama, "un appel a changer de paradigme

Littérature

Dakar, 28  oct (APS) - L'ouvrage Le merite s'etouffe du journaliste senegalais Mohamed Gassama, presente mercredi a Dakar au cours d'une ceremonie de dedicace, se veut un appel a changer de paradigme dans le cadre du management des agents du service public. "Cet ouvrage est un appel a l'equite, a la justice sociale, un appel a changer de paradigme, c'est un appel qui s'adresse a tout le monde y compris ma propre personne", a declare l'auteur a la maison de la presse.    Dans ce premier livre qu'il publie, le journaliste revient sur des pans de sa vie, evoque son experience professionnelle, mais aussi ses peregrinations avec la delegation presidentielle, en tant qu'envoye special de Radiotelevision senegalaise (RTS) au palais de la Republique sous le regime du president Wade (2000-2012).   La rupture du contrat du journaliste, qui occupait un poste de conseiller a l'ambassade du Senegal a Paris, "terrible et foudroyante nouvelle (qui) fracassa le temps et l'espace pour l'atteindre au plus profond de sa chair", sert de pretexte pour une serie de reflexions sur les modes de promotion au sein de l'Etat.   Mohamed Gassama dit ecrire pour laisser une trace, partager son experience  "mais surtout sauver le merite" au sein de l'Etat et du service public.   Une perspective qui amene l'auteur a des questionnements du genre : pourquoi impose-t-on une vision politique aux agents du service public ? En quoi, un militant de la Mouvance presidentielle est-il au-dessus des autres Senegalais ou de son homologue de l'opposition ? Ne sommes-nous pas dans un monde de la liberte d'opinion et d'expression ?    "Je fais une introspection, j'ai ma part de responsabilite dans ce que je dis. La societe, c'est vous et moi, c'est tout le monde", souligne Gassama, qui tient a preciser que son livre "n'est ni un proces d'intention, ni un reglement de compte".    "Il n'y a aucun proces d'intention, il n'y a rien a solder. C'est une oeuvre narrative, un recit qui procede d'un diagnostic. C'est un ouvrage a multiple dimensions didactique, ethique, pathetique avec beaucoup de sequences qui traversent differentes facettes de la vie", explique l'auteur.    "Le merite s'etouffe" se veut un appel au respect des principes de l'Etat, dit son auteur. "La chose publique s'explique par le devoir de proteger, de soigner, d'eduquer, de former et d'accompagner l'ensemble des citoyens", ajoute-t-il.    Ce livre doit etre egalement considere comme "une production intellectuelle qui s'inscrit dans une dynamique litteraire", une opportunite de prendre la plume pour partager ses reflexions, explique Mohamed Gassama.   Pour l'ancien directeur d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Alioune Tine, par ailleurs universitaire, Le merite s'etouffe est "un livre bien ecrit, dans un style clair qui nous parle", "un recit succulent permettant de connaitre un petit bout de la politique et de la diplomatie senegalaise".   Selon cette figure de la societe civile senegalaise, le Senegal doit arriver a un Etat non partisan dans lequel seul le merite des citoyens doit prevaloir a travers une mise en competition des talents.