"Kaaw Cheikh", un film-memoire consacre au patriarche Cheikh Hamidou Kane

Culture

Dakar, 22 oct (APS) - Le realisateur senegalais, Moe Sow, retrace le parcours de l'ecrivain et homme d'Etat Cheikh Hamidou Kane, 92 ans, a travers un film documentaire consacre aux convictions de l'auteur de "L'Aventure ambigue", son regard sur le monde actuel et sur le devenir du Senegal et de l'Afrique. D'une duree de 52 minutes, ce film intitule "Kaaw Cheikh (oncle Cheikh) a ete projete a Dakar, a l'Institut superieur des arts et de la culture (ISAC).   Il propose des va-et-vient sur la vie de ce descendant de Alpha Cire Kane de Matam, "un homme qui a marque son temps et la vie sociale, politique et economique de son pays, le Senegal, et de son continent, l'Afrique", dit de lui le journaliste Mamadou Ibra Kane, un des producteurs executifs du film.    Le cineaste s'attarde, des l'entame du film, sur une epoque materialisee par un vieux poste radio et une television d'epoque diffusant tour a tour un entretien accorde par l'ecrivain au journaliste, dans lequel le premier revient sur la genese et le contenu de ses deux livres ayant marque son parcours litteraire a savoir "L'Aventure ambigue", un classique publie en 1961 et traduit en plusieurs langues, et "Les gardiens du temple" (1995).    Le documentaire "Kaaw Cheikh" est un film biographique qui incite, dans le meme temps, a la decouverte du terroir de Cheikh Hamidou Kane, la region de Matam et la zone du fleuve Senegal, symbole de l'enracinement de tous les "Foutankes".  Cette incursion dans cet univers culturel determine justifie le rappel constant de la filiation de Cheikh Hamidou Kane par son griot de naissance, le musicien et chanteur Samba Cire Guisse, dont le recit est ponctue de la voix permanente du chanteur pulaar Baaba Maal, un choix qui contribue a faire de la musique un personnage central dans le film.    Le film se veut aussi une fenetre sur des evenements marquants de la vie politique du Senegal postindependance, notamment la crise de 1962 dont Cheikh Hamidou Kane fut un temoin important.   Il donne sa version des faits sur cette crise politique, comme l'ont fait d'autres avant lui, dans par exemple "President Dia" (2012) du realisateur Ousmane William Mbaye, un document historique qui a contribue a une meilleure comprehension des enjeux de l'epoque et meme d'aujourd'hui, a travers la confrontation entre le premier president du Senegal independant, Leopold Sedar Senghor, et le president du Conseil Mamadou Dia. Ce dernier, accuse d'avoir voulu perpetre un coup d'Etat, fut arrete, juge et mis en prison avant d'etre elargi quelques annees plus tard.    Cheikh Hamidou Kane ayant pris parti pour ce dernier, demissionne de la Fonction publique depuis Monrovia ou il etait affecte a l'ambassade du Senegal au Liberia.    Le film est aussi agremente de temoignages recueillis lors de la celebration des 90 ans de l'auteur et du colloque organise en son honneur en 2018 sur le theme "Cheikh Hamidou Kane. Questions d'avenir".    L'interet du film tient aussi au fait que des personnalites de renom y sont revenues sur leurs liens avec l'ecrivain, comme l'historien guineen Djibril Tamsir Niane, compagnon de longue date de Cheikh Hamidou Kane. Il compte aussi sur la valeur des temoignages de proches de l'ecrivain - le ministre Abdoulaye Elimane Kane, philosophe et ecrivain lui aussi, ses enfants -, et surtout de ses lecteurs situes dans des pays d'outre-Atlantique et qui s'identifient a Samba Diallo, personnage principal de son celebre roman L'Aventure ambigue.   Le documentaire "Kaaw Cheikh", qui s'appuie sur une demarche pedagogique, tente de lever un coin du voile sur les convictions politiques de Cheikh Hamidou Kane, qui a toujours cherche a savoir "comment lier le bois au bois ?". Il essaie egalement de traduire son regard sur le monde d'aujourd'hui et le devenir du Senegal et de l'Afrique.    Moe Sow a deja produit un film sur le mythique groupe de musique senegalais "Xalam" et compte sortir un autre sur le batteur Doudou Ndiaye Coumba Rose, autant de projets comptant pour son entreprise d'archivage de la memoire culturelle du Senegal.   "Je favorise en tant que cineaste d'archiver notre histoire. Les autres viennent nous les prendre, nous sommes assis dessus et restons la a faire des series et autres. Il faut que l'on documente notre propre histoire, il faut que les jeunes puissent voir ces histoires, puisqu'ils ne lisent pas beaucoup", indique le cineaste.