Cite du cinema et de l'audiovisuel : le regard critique des professionnels

Culture

Dakar, 20 oct (APS) - Des professionnels du cinema ont salue le projet de la Cite senegalaise du cinema et de l'audiovisuel, a l'occasion d'un atelier de presentation de l'etude de sa prefaisabilite, tout en exprimant des preoccupations sur son contenu.   En lieu et place d'une cite du cinema et de l'audiovisuel, le realisateur Moussa Sene Absa dit pencher plutot pour la creation d'un centre national du cinema (CNC) a la senegalaise.    Pourquoi vous ne proposez pas un CNC senegalais ? Vous voulez nous faire une cite du cinema un peu decadre de nos besoins ? Pour une fois que j'accepte d'etre colonise, si vous m'amenez le CNC, parce que c'est la meilleure chose que le cinema francais ait faite et qui est revenu a travers le monde, estime le cineaste senegalais.    Il rappelle qu'en 1988, des experts senegalais avaient travaille sur l'idee d'un Centre national de la cinematographie.    Toutes les idees relues dans votre rapport ont ete faites par des Senegalais, il faut partir du fait que c'est un projet politique. L'idee d'une cite du cinema aurait un sens si et seulement si on n'avait a la base jete le cadre de travail qui permettrait a chacun de se retrouver dans ce metier, fait-il observer.   Le producteur Oumar Sall, directeur general de Cinekap, se demande lui quel sera le contenu de cette cite du cinema vu que c'est une grosse infrastructure [qui est] demandee, mais dont l'etude de prefaisabilite, selon lui, ne montre pas une articulation avec le Plan Senegal emergent (PSE), le referentiel des politiques publiques.    Une cite du cinema est une grosse infrastructure que nous demandons et que nous devons avoir. (...). Je ne vois pas l'articulation avec le PSE, comment vous avez fait cette etude sans prendre aucune reference du PSE qui est le cadre referentiel au Senegal ? Cette cite allait participer a l'Axe 1 du PSE, a savoir la transformation structurelle de l'economie, fait-il remarquer.   Selon lui, la question qu'il faut surtout se poser est quel sera le contenu de cette cite du cinema. Un contenu que les acteurs devront nourrir.    Oumar Sall suggere une revision des textes de cooperation cinematographique datant d'avant la devaluation de 1994, notamment avec des institutions comme le Centre national du cinema francais. L'ecosysteme du cinema senegalais a toujours ete caracterise par une deperdition des valeurs ajoutee a une economie se trouvant ailleurs en dehors du pays, a t-il releve.   Pour sa part, le realisateur Alain Gomis milite pour une cite du cinema dematerialisee, insistant sur l'inclusion des petites initiatives qui ont jusque-la alimente l'ecosysteme du cinema senegalais.    Selon lui, il faut voir grand, mais aussi petit, car tous les grands ensembles aujourd'hui s'ecroulent les uns apres les autres.    Le danger de cette cite du cinema, ce serait d'ecraser les initiatives qui existent aujourd'hui pour un grand projet. Les gens se battent depuis des annees et des annees pour faire exister le cinema senegalais a des niveaux difficiles, (...). Je milite pour une cite du cinema dematerialisee, dit-il.    Le secretaire general du ministere de la Culture et de la Communication, Habib Leon Ndiaye, a precise, a l'endroit des professionnels du secteur, que la cite du cinema est un projet porte par l'Etat du Senegal a travers le ministere de la Culture. L'Agence francaise de developpement (AFD) a ete sollicitee pour accompagner le processus, a-t-il signale.    Selon lui, l'eventualite de veiller a une implication plus soutenue du prive national a ete evoquee avec le ministere de l'Economie.    Ce travail qui est en train d'etre fait, n'est qu'un maillon de la chaine, il y a tout un travail a faire sur la mise a jour des textes qui organisent le secteur. On ne peut pas avoir une cite du cinema, sans une mise a jour des textes reglementaires et juridiques. Le travail est en train d'etre fait, poursuit-il.    Une cite du cinema oui, mais le nom importe peu. Tout dependra du contenu que l'on va y mettre, conclut-il.