Mali : des organisations feminines appellent a impliquer les femmes dans la recherche de solutions

Politique

Dakar, 20 aout (APS) - Des organisations feminines de la societe civile d'Afrique de l'Ouest et du Sahel appellent les protagonistes de la crise politique malienne a oeuvrer sans relache pour le retablissement de l'ordre constitutionnel et a impliquer les femmes et les jeunes dans tout processus de [recherche] de solutions.   Dans une declaration parvenue jeudi a l'APS, les organisations concernees estiment que le Mali est en train de vivre une phase importante de son histoire politique, une allusion a la crise politique dans ce pays dont le president en exercice, Ibrahim Boubacar Keita, a ete ecarte du pouvoir apres plusieurs mois de contestation.   M. Keita, elu en 2013 puis reelu en 2018 pour cinq ans, a ete arrete par les militaires auteurs du coup d'Etat, en meme temps que son Premier ministre Boubou Cisse et d'autres responsables civils et militaires. Ils etaient toujours en detention dans la mi-journee de jeudi.   IBK - le surnom du president malien - a ete contraint d'annoncer sa demission et la dissolution de l'Assemblee nationale et du gouvernement, dans la nuit de mardi a mercredi.    Les militaires, des officiers de haut rang pour la plupart, ont annonce dans la foulee que le pays etait dorenavant dirige par le Comite national pour le salut du peuple (CNSP), dirige par un colonel, Assimi Goita. Le CNSP a promis d'organiser des elections dans un delai raisonnable.   La crise multidimensionnelle enclenchee depuis plusieurs annees au Mali est en train de connaitre des evolutions tres preoccupantes. Le systeme de conflits ne de la crise libyenne a impacte le Mali, causant ainsi une implantation dans le temps de l'extremisme violent et une insecurite, ecrivent les organisations feminines en question, dont le Reseau paix et securite pour les femmes de l'espace CEDEAO (REPSFECO), base au Senegal, et la Plateforme des femmes du G5 Sahel, qui opere au Mali.   Le Reseau ouest-africain des jeunes femmes leaders, base au Benin, et le Reseau des femmes pour la paix et la securite de l'Union du fleuve Mano, qui se trouve en Guinee, sont egalement signataires de cette declaration. De meme que l'organisation Femmes Africa Solidarite, basee au Senegal, et Partners West Africa-Senegal, structure egalement installee au Senegal.   Malgre les sursauts citoyens a travers des elections de sortie de crise organisees, une solidarite de la communaute internationale exprimee et sa mobilisation a travers des forces d'interposition et des missions de securisation, des divergences internes ont continue de s'installer au Mali, constatent-elles.   Elles font remarquer que la crise institutionnelle, les difficultes de gestion du processus electoral et la prise en otage du principal leader de l'opposition ont ete les causes de la crise actuelle au Mali.   Dans ce contexte, la situation induite par le coup d'Etat mene contre Ibrahim Boubacar Keita vient ouvrir la voie a un avenir incertain pour le Mali. Des lors, cette instabilite peut transformer ce pays en une base pour les mouvements terroristes et criminels evoluant dans la sous-region, previennent les organisations feminines.   Il est donc urgent de prendre des mesures a la dimension de la crise en vue d'une bonne gestion de cette periode tres fragile pour le Mali, mais aussi pour toute la sous-region, ajoutent-elles, appelant les parties prenantes a eviter toute violence et perte en vie humaine.   Les parties maliennes sont de meme appelees a oeuvrer sans relache pour le retablissement de l'ordre constitutionnel et a privilegier le dialogue inclusif pour trouver des solutions pacifiques, structurelles, specifiques et durables a la situation du Mali.   Le REPSFECO et les autres organisations signataires du communique leur recommandent par ailleurs de respecter et proteger les droits des femmes et des enfants, principales victimes des violences.   Il est egalement demande aux protagonistes de la crise politique au Mali d'inviter les jeunes, qui sont souvent instrumentalises dans de pareils contextes, a plus de responsabilite.   Les organisations leur demandent en outre d'impliquer les femmes et les jeunes dans tous les processus de discussion, de concertation, de mediation, de [recherche] de solutions, de gouvernance et de prise de decision.   Enfin, nous demandons a la communaute internationale, aux instances regionales et continentales d'integration et de cooperation africaine de mettre a la disposition du Mali tous les mecanismes et les ressources necessaires, notamment ceux dedies a la mediation et a la gestion des conflits, pour resoudre la crise au Mali en tenant compte des defis de la sous-region et de l'impact que pourrait avoir l'irradiation d'un conflit durable au Mali au sein de l'espace CEDEAO et dans le Sahel", lit-on dans le communique.   Les dirigeants de la CEDEAO, la Communaute economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, ont tenu jeudi par visioconference un sommet sur la situation au Mali, trois jours apres le coup d'Etat contre Ibrahim Boubacar Keita.   Nous avons devant nous une situation grave dont les consequences securitaires sur notre region et le Mali sont evidentes, a declare le president en exercice de la CEDEAO, le Nigerien Mahamadou Issoufou, dans son discours d'ouverture de ce sommet virtuel.   Cette situation nous interpelle. Elle nous montre le chemin qui reste a parcourir pour la mise en place d'institutions democratiques fortes dans notre espace sahelien, a souligne M. Issoufou.