Damien Kabengelé, le surdoué du handball qui a préféré la RD Congo à la France

Actualités

Dakar, 24 juin (APS) - Le Congolais Damien Kabengelé, champion d'Europe des clubs avec Montpellier HB en 2003, a estimé qu'un sportif d'origine africaine doit évoluer sous les couleurs de son pays pour apporter une plus value. Je me suis dit que la France, pays riche, n'aurait pas forcément besoin de moi. Qu'au Congo, en revanche, tout restait à faire, a-t-il déclaré dans l'Equipe Magazine du 29 mai 2004, justifiant son choix de jouer sous les couleurs de la RD Congo. Pour Kabengelé, né en 1981 en République démocratique de Congo qu'il a quitté à l'âge de trois ans, il a fini par être clair qu'une mission en Afrique serait plus enrichissante qu'une carrière balisée, même trépidante, en France. Même s'il assure qu'il se sent totalement Viganais, Cévenol (une région française), expliquant qu'il connaît mieux l'histoire de France que celle de la RD Congo. A terme, je peux participer à y (Congo) faire naître un handball de valeur et permettre à des jeunes de s'épanouir à travers cette activité, a ajouté le joueur de Montpellier HB, champion de France et courtisé par les sélectionneurs français, l'ancien comme le nouveau. Daniel Constantini, le sélectionneur double champion du monde avec la France, affirme que Kabengelé a sa place chez les Bleus, tandis-que l'actuel coach Claude Onesta a toute son attention. A l'heure où de nombreux sportifs changent très souvent de nationalité contre contrats juteux, le choix du Montpelliérain peut paraître à la limite irrationnel pour certains, s'agissant en particulier de la RD Congo, un pays en guerre. Mais l'intéressé mesure, à sa juste valeur le prix d'une telle option. Je perds environ 15 à 20. 000 euros (entre 10 millions et plus de 13 millions de francs CFA) par an en me mettant au ban de la sélection tricolore. Kabengelé explique : un statut d'international, dans l'une des meilleures formations du monde, m'offre une notoriété susceptible de m'ouvrir les portes de grands clubs étrangers. Il précise: J'ai conscience que mon choix est irrationnel, mais ce qui est primordial pour moi, c'est de donner du sens à ma vie, a expliqué le jeune Congolais de 23 ans qui représente l'une des belles promesses de la nouvelle vague du handball français. Il a marqué 5 des 31 buts de Montpellier lors du sacre de ce dernier en coupe d'Europe des clubs. Mieux, le Congolais veut jouer une finale de championnat du monde contre la France, convaincu que s'engager pour aider son peuple lui paraît une motivation capable de le faire avancer dans l'existence. Mais de ce sacrifice, le surdoué de la petite sphère attend des autorités de son pays de naissance quelques engagements, comme celui de mettre à temps des titres de transport à sa disposition pour qu'il puisse participer aux compétitions internationales sous les couleurs congolaises. Il réclame également des garanties sur son avenir africain, exigences auxquelles ses autorités de tutelles doivent satisfaire s'ils ne veulent pas le voir succomber sous le coup des charmes françaises, à l'image de ses deux sœurs et de son frère cadet. Perspective que les techniciens français attendent impatiemment.... SD/BK/POC/DD --- 12h 33mn/GMT