Une réunion virtuelle de l'Unesco sur ‘’l'impact’’ de la pandémie de coronavirus

Agenda

Dakar, 15 avr (APS) – La directrice générale de l’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), Audrey Azoulay, a annoncé mercredi l’organisation, la semaine prochaine, d’une réunion virtuelle des ministres de la Culture consacrée à ‘’l'impact’’ de la pandémie de coronavirus sur les activités culturelles.    ‘’A ce stade, il est nécessaire d’écouter la voix de l’artiste. Il s’agit d’un tournant historique, la culture est passée à internet. Mais elle est très vulnérable’’, a souligné Mme Azoulay sur le site internet de l’Unesco, pour évoquer l’opportunité de la réunion.   Elle n’a donné aucune précision concernant la date de la réunion des ministres de la Culture du monde.   Selon la même source, Audry Azoulay estime que ‘’tous les éléments de l’écosystème culturel sont menacés’’ par la pandémie de coronavirus, ce qui justifie l’organisation de la réunion.   Elle a fait cette remarque lors du débat inaugural en ligne consacré à une nouvelle plateforme mondiale baptisée ‘’RésiliArt’’ et lancée par l’agence des Nations unies chargée de la culture.    La Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) a pris part à l’organisation de ce débat, selon le site internet de l’Unesco.   La chanteuse béninoise Angélique Kidjo, vice-présidente de la CISAC, et l’écrivain algérien Yasmina Khadra, ont participé au débat. Le compositeur et interprète de musique électronique Jean-Michel Jarre, président de la CISAC, et la violoniste croate Nina Obuljen Koržinek, ministre chargée de la Culture de son pays, y ont également pris part, selon la même source.   ‘’Les emplois que les secteurs de la culture et de la création créent sont gravement menacés’’, a averti Audrey Azoulay, parlant d’‘’une crise sans précédent, qui touche tous les secteurs, notamment celui de la culture’’.    ‘’La culture est source de réconfort pour de nombreuses personnes confinées chez elles à cause de la pandémie de coronavirus’’, a-t-elle souligné.