Amnesty rend hommage aux défenseurs des droits en Afrique

Afrique

Dakar, 8 avr (APS) - Amnesty International salue le courage dont ont fait preuve en 2019 les défenseurs des droits de l’homme en Afrique. "Dans toute l’Afrique subsaharienne, des manifestant ont bravé les tirs et les coups pour défendre leurs droits face aux conflits et à la répression qui perdurent", déclare l’organisation, à l’occasion de la publication de son rapport annuel 2019 sur les droits humains dans la région.  Dans un communiqué de presse, elle "salue le courage et l’attitude de défiance des personnes qui sont descendues dans la rue pour réclamer un changement et montrer que leurs espoirs ont été déçus par les États, qui continuent à perpétrer des violations des droits humains dans l’ensemble de la région’’. "En 2019, nous avons vu l’incroyable pouvoir du peuple s’exprimer lors de manifestations de grande ampleur organisées dans toute l’Afrique subsaharienne. [...]’’, a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique de l’Est et Afrique australe à Amnesty International. Amnesty International relève que ces manifestations ont dans certains cas "abouti à des changements importants’’, comme la chute d’Omar el Béchir, au Soudan. Il indique aussi que dans toute l’Afrique subsaharienne, les civils continuent d’être les premières victimes des conflits meurtriers et des crises violentes. Citant Samira Daoud, directrice du programme Afrique de l’Ouest et Afrique centrale à Amnesty International, le rapport note que "l’accès aux soins médicaux demeure un problème primordial pour les populations de la région, où le maigre budget affecté à la santé entraîne une pénurie de lits et de médicaments dans les hôpitaux".  "Avec la pandémie de COVID-19 qui menace, il n’y a pas de temps à perdre pour combattre les inégalités et les violations des droits humains qui rendent les soins médicaux inaccessibles à tant de personnes’’, affirme-t-elle. Selon le rapport, "dans toute la région, des défenseurs des droits humains ont été persécutés et harcelés pour s’être opposés ouvertement aux autorités’’.Le rapport révèle que "dans 17 pays d’Afrique subsaharienne, des journalistes ont été arrêtés et détenus arbitrairement en 2019’’. Les violations persistantes des droits humains ont contraint des centaines de milliers de personnes de la région à fuir leur domicile en quête de protection.