Gestion des risques : l'approche inclusive mise en exergue

Développement Durable

Saly-Portudal (Mbour), 10 mars (APS) – Le Sénégal met en oeuvre une ‘’approche inclusive’’ pour faire face aux risques de catastrophes, a souligné mardi un responsable au ministèr de l’Environnement et du Développement durable. La contribution du Sénégal, à travers notre ministère dans la construction nationale de la résilience est fondée sur une approche inclusive. C’est ainsi que d’importantes initiatives ont été prises pour faire face aux risques de catastrophes, a notamment dit l’ancien député Abdou Sané.    Il présidait, au nom du directeur de l’Environnement et des Etablissements classés, la cérémonie d’ouverture d’un atelier régional d’information et de sensibilisation sur l’institutionnalisation de la gestion à base communautaire des risques de catastrophe. La rencontre se tient sous la coordination du Réseau mondial de la société civile pour la réduction des catastrophes (GNDR, en anglais).   Parmi les mesures prises par le Sénégal en matière de gestion des catastrophes, il a cité la création de l'Agence de de la reforestation de la Grande muraille verte.Cette agence, dit-il, apporte une réponse aux préoccupations liées à la convention sur la désertification, à la convention sur la biodiversité, à la convention sur les changements climatiques en terme d’atténuation et d’adaptation, à la lutte contre la pauvreté, parce que procurant des revenus ‘’considérables’’ aux populations vivant sur son tracé.   Il a également relevé l'ambitieux programme de gestion intégrée du littoral à travers de nombreux projets et programmes, la lutte contre les pollutions et nuisances, le contrôle des installations classées en rapport avec certains démembrements de l’Etat telle que la protection civile, avec comme support le plan d’opération et le plan particulier d’intervention.   Sané a cité la réalisation du profil national de risque avec le Centre de suivi écologique et l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) qui permet de prévenir les évènements climatiques extrêmes à travers des outils tels que les systèmes d’alerte précoce, le plan de contingence national et, dans la pire situation, le plan ORSEC (Organisation des secours).   Toutes ces initiatives permettront, à terme, de procéder au croisement avec les objectifs du développement durable. Ce qui permettra d’apprécier quantitativement et qualitativement les progrès accomplis, les difficultés rencontrées et les perspectives à envisager, a fait valoir Abdou Sané.   Selon lui, la place du ministère de l’Environnement et du Développement durable dans la plateforme nationale de prévention et de gestion des risques sera ‘’régulière et renforcée’’, car ‘’nous sommes conscients de la place et de notre rôle dans la construction d’un Sénégal résilient face aux risques de catastrophes, a dit Sané. ADE/OID