Samba Sy axe sur les défis aux cotés de la Cellule Genre de son département ministériel.

Genre

‘’Je voudrais plutôt m’arrêter sur les défis à relever notamment dans notre champ d’action et sur lesquels la contribution de la Cellule Genre du ministère est attendue’’, a-t-il ainsi dit. Ces défis répondent selon le ministre à un esprit de justice et envie d’équité (…) au vu de la séquence historique, actuellement vécue, pour un monde d'avancées que les femmes peuvent apporter, non seulement à elles-mêmes, mais aussi à toute la société (…) et les entreprises. Il présidait la cérémonie d’ouverture d’un atelier de deux jours qui porte sur le renforcement des capacités de la Cellule Genre de son département sur le thème: « quelles stratégies pour améliorer la représentativité des femmes dans les élections de délégués du personnel?». Le ministre a manifesté l’importance qu’il accorde aux cotés de la cellule de son ministère pour le renforcement des capacités des acteurs et à la démarche participative, en vue de trouver, avec la Cellule, les meilleures voies qui vont permettre, selon lui, d’atteindre les objectifs fixés. Ces grands défis sont au nombre de trois. Le premier défi porte d’après le ministre sur la quête permanente de connaissances et de compétences, à travers une formation de qualité. A ce propos, il demande aux Femmes d’avancer dans ce domaine tout en ayant le souci permanent de permettre un meilleur équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale. Ensuite, il a plaidé devant eux, le renforcement de l'engagement militant, civique et patriotique symbolisant pour lui, le gage d'un investissement dans le long terme. Le ministre Samba Sy , laisse entendre, en ce sens que le processus de déconstruction des mentalités qui est en cours ‘’ne peut être envisagé à court terme. Enfin dans les défis, le ministre a parlé de l’amélioration de l’accès à l’information. Pour lui, ‘’ la faiblesse de la disponibilité des données statistiques désagrégées selon le sexe est souvent une difficulté qui ne facilite pas l’analyse de l’impact des politiques publiques sur les hommes et les femmes’’. ‘’La Cellule Genre est une nouvelle création mise en place à la fin de l’année 2019. Mais grâce au dynamisme et à l’engagement de ses membres nous avons réussis à élaborer un plan de travail(…) pour faire en sorte que nos politiques, nos programmes et nos projets soient sensibles au Genre’’, a réagi Seynabou Mbaye, la coordonnatrice de ladite cellule au sein du ministère. Elle souhaite que cette rencontre puisse ouvrir d’autres brèches qui pourront à court comme à long terme améliorer sensiblement, le leadership et la participation des femmes dans les instances des gouvernances des entreprises. Ismaila Diack, le Chargé des programmes de la Fondation Friedrich Ebert, a manifesté la disponibilité de la fondation à encore collaborer avec le ministère pour voir comment relancer le cadre d’un partenariat sur la protection sociale, sur la production du monde du travail et sur le genre. Il a plaidé devant le ministre pour la réactualisation du manuel du travailleur et du recueil des conventions collectives tout en insistant sur la volonté de la fondation à être son ‘’l’interlocuteur’’ sur la question de l’économie informelle.