Les questions du climat et du terrorisme dans un album de Oumar Pène à paraître incessamment

Culture

Dakar, 23 fév (APS) – Le lead-vocal du Super Diamono, Oumar Pène, abordera les problématiques du changement climatique et du  terrorisme dans un album qui sera incessamment sur le marché.   Je vous annonce incessamment la sortie de mon nouvel aibum que j’ai baptisé Climat. Il s’agit d’un album de dix titres dans lequel j’interpelle nos dirigeants à se pencher sur le problème climatique qui est une réalité mondiale, mais aussi de manière réfléchie, sur la menace terroriste (...), a-t-il déclaré.   Le chanteur du Super Diamono s’exprimait, samedi, à l’occasion de la cérémonie de dédicaces du livre intitulé ‘’Oumar Pène, l’histoire d’une épopée musicale’’, écrit en son honneur par l’ancien président de l’Amicale des Fans du super Diamono (AFSUD), Alassane Bèye, frère cadet du président de l’association des écrivains du Sénégal, Allioune Badara, Bèye.   Dans cet ouvrage publié aux Editions Maguilen, l’auteur retrace le parcours et les évènements historiques qui ont marqué la vie de l’artiste Oumar Pène qu’il a rencontré pour la première fois, de manière fortuite, dans les années 80, lors d’un concert.   C’était en 1982, au stade Demba Diop. J’ai été surtout impressionné par la prestation du groupe dakarois du super Diamono que je découvrais pour la première fois. Et je retiens ceci, une musique puissante alliant le reggae et le jazz et un chanteur impressionnament divin qui s’appelle Oumar Pène, a fait savoir Alassane Bèye.   Ce livre célèbre, a-t-il indiqué, ‘’une véritable légende, un homme, un artiste chanteur, un auteur, un compositeur aux textes engagés, une référence, une source intarissable qui s’engage dans les luttes sociales, auprès des couches les plus défavorisés’’.   Selon lui, Oumar Pène, cet orfèvre de la musique sénégalaise qui s’est tracé une voie royale dans un milieu parsemé d’embuches, a su s’imposer par des innovations musicales, fruits de plusieurs années de recherches, mais surtout par des thématiques captivantes qui en ont fait la voix des sans voix.   Je voudrais d’abord rendre grâce à Dieu de m’avoir gratifié encore, pour la deuxième fois, en me plaçant au centre d’une œuvre littéraire, après celle du professeur de philosophie, Babacar Mbaye Diop +Oumar Pène, un destin en musique+, a pour sa part  confié  Oumar Pène.   Cette œuvre de grande portée, a-t-il dit, lui a permis de voir ‘’la franchise et la générosité de l’auteur, un témoignage sincère d’une page considérable’’ de sa vie professionnelle faite en ‘’grosso modo, d’une résistance d’une valeur sous pression’’.   Il est difficile de parler de soi, raison pour laquelle Alassane Bèye m’a honoré, encore une fois, en retraçant des pans saillants de ma vie composée globalement de valeurs que je véhicule toujours et qui m’ont inspiré des œuvres musicales source d’utilité, a ainsi soutenu Oumar Pène.   L’invité d’honneur d’Oumar Pène à cette cérémonie, son ami d’enfance, Maître René Cheikh Louis Lopy, a loué un homme exceptionnel humble, intègre, serviable et fidèle en amitié, un autodidacte de la musique qui aurait pu embrasser une carrière internationale de football pour avoir été l’une des pièces maitresses de l’équipe du Jaraf, dans laquelle il a eu à évoluer aux années 70.   Le préfacier de cet ouvrage, l’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a quant à lui plaidé pour qu'un hommage solennel soit rendu, de son vivant, à ce monument de la musique sénégalaise qui a bercé sa vie estudiantine.