La CdmASS s’engage pour des villes durables et résilientes au climat (responsable)

Environnement

Dakar, 13 fev (APS)- La convention des maires pour l’Afrique sub saharienne (CdmASS), s’engage à mettre en place des mécanismes adéquats pour accompagner les maires dans l’élaboration de plans d’actions climatiques en faveur des collectivités les aidant à s’adapter aux effets climatiques, selon Sékou Sarr, directeur exécutif de l’ONG Enda énergie. ‘’L’urgence de développer des actions climatiques en vue d’aider les collectivités à s’adapter aux effets néfastes des changements climatiques tout en contribuant à l’effort national de réduction des émissions de gaz à effet de serre, à travers l’accès à l’énergie durable, sont les motifs de la convention’’ a argué, M. Sarr. Qui intervenait, jeudi, à Dakar, au cours d’un atelier national de partage d’expériences sur l’élaboration des plans d’actions climat-énergie. Cette convention lancée en 2016 pour accompagner les villes africaines à élaborer des plans d’actions en faveur de l’accès à l’énergie et du climat. C’est un processus qui se veut très inclusif et qui cherche à engager l’ensemble des parties prenantes au développement local. ‘’L’autre motif également est que ce processus va permettre aux villes de pouvoir contribuer de manière significative, à l’atteinte de l’Accord de Paris notamment à celle des objectifs fixés dans les contributions nationales déterminées (CDN)’’ a indiqué M. Sarr. L’orientation de ce programme, selon lui, ‘’n’est pas uniquement de se limiter à développer un plan d’actions de long terme sur les questions d’adaptation, d’atténuation mais d’accès à l’énergie mais, c’est beaucoup plus vers la mise en œuvre d’actions concrètes au niveau des territoires’’. Une deuxième phase vient d’être bouclée et la 3ème lancée, permettant aux premières villes pilotes dont Pikine et Dakar de pouvoir passer à la mise en œuvre d’actions climatiques à identifier dans ce processus d’élaboration de ce plan d’actions. De ce point de vue, les autorités ‘’locales sont invitées à s’engager politiquement de manière volontaire, à renforcer la mise en œuvre des actions climatiques et énergétiques dans leurs communautés et d’autre part, à s’inscrire dans une vision de long terme pour un développement humain bas en carbone et résilient’’ a souligné, Sékou Sarr. A cet effet, a-t-il souligné que ‘’le réchauffement climatique est l’un des plus grands défis auxquelles, l’humanité doit faire face et ses effets se manifestent plus localement, tout en en ayant des répercussions déjà significatives et affectant plusieurs secteurs d’activités ainsi que les patrimoines et autres valeurs éco systémiques des villes et territoires’’. ‘’Ces effets, sont de plus en plus désastreux en milieu urbain, compte tenu de la démographie galopante de l’urbanisation très rapide et mal contrôlée’’ a relevé le directeur exécutif de Enda énergie. Il en déduit que ‘’les villes d’Afrique déjà pauvres et avec des capacités d’adaptation limitées, auront plus de défis socioéconomiques et environnement aux exacerbés par le changement climatique’’. La CdmASS compte à son actif, 206 villes signataires en Afrique dont 11 au Sénégal. Initié par l’Union européenne (UE), elle vise à contribuer à la fois à la construction de villes durables dans une perspective d’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris sur le climat et plus globalement des ODD.