Présidentielle au Togo : Jerry Rawlings invite les leaders politiques togolais au respect de l’État de droit

Afrique

Dakar, 6 fév (APS) – L’ancien président du Ghana Jerry Rawlings invite les leaders politiques togolais au respect des règles de la démocratie et de l’État de droit, en vue d’un déroulement correct de l’élection présidentielle du 22 février prochain.   M. Rawlings déclare dans un communiqué avoir envoyé mardi à Lomé une délégation chargée de présenter ses condoléances au chef de l’État togolais, à la suite de la disparition de son frère Emmanuel Gnassingbé.   "La délégation a également discuté de l’intégration et de la sécurité dans la sous-région", annonce le texte publié par le cabinet de l’ancien président du Ghana, un pays voisin du Togo.   "L’ancien président Rawlings prend très au sérieux les questions de cohésion interculturelle, de justice, de respect de la dignité humaine et de l’État de droit", souligne le communiqué.   Il ajoute que "le président Faure Gnassingbé, en recevant la délégation, a exprimé sa joie et sa gratitude que l’ancien président ait envoyé une délégation pour souhaiter bonne chance au peuple togolais et lui témoigner sa sympathie, pour la perte de son frère".   Selon le texte, le président togolais, au pouvoir depuis 2005 et candidat à sa propre succession, pour un quatrième mandat, décrit "l’ancien président [ghanéen] comme un homme intègre, pour lequel il a beaucoup de respect".   "Le président Gnassingbé a assuré la délégation et tous les citoyens du Togo, ainsi que les dirigeants de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) qu’il ne ferait rien sous sa direction pour saper la paix et la sécurité de son pays pendant les élections", ajoute la même source.   "Tout doit être fait pour préserver la stabilité dans la sous-région", affirment dans le communiqué les émissaires de Jerry Rawlings.   Ces derniers, citant l’ancien chef de l’État ghanéen, ont évoqué sa "crainte" de voir surgir des "agitations séparatistes" comme celles survenues récemment "dans la région de la Volta, au Ghana".   Une grande communauté togolaise vit au Ghana et certaines personnes traversent la frontière entre les deux pays après des lendemains de scrutin émaillés d'incidents.   Sept candidats prendront part à l’élection présidentielle togolaise.