Langues nationales : le professeur Aboubacry Moussa Lam sur les traces de Cheikh Anta Diop

Culture

Dakar, 6 fév (APS) – Le professeur Aboubacry Moussa Lam n’est pas seulement un égyptologue, il est aussi un ‘’militant des langues nationales’’, à l’image du professeur Cheikh Anta Diop dont il fut l’assistant, une posture qui se traduit par une production importante d’ouvrages en langue pulaar, à travers lesquels l’auteur aborde plusieurs problématiques.    A l’occasion du 34e anniversaire de la disparition du professeur Cheikh Anta Diop, le 7 février 2020, les éditions Papyrus Afrique publient la troisième édition de ‘’Paalel Njuumri’’ (La Cruche de miel) du professeur Aboubacry Moussa Lam, la deuxième édition de ‘’Sawru Ganndal’’ (Canne de la connaissance), du même auteur, et ‘’Fuuta uuri kam’’, du professeur Mamoudou Sidiki Ka.   M. Lam, enseignant à l'Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, est aussi auteur d’un livre sur l’origine des Peuls, ‘’Fulbe gila Héli-e-Yooyo haa Fuuta-Tooro’’ (Papyrus Afrique).   Paalel Njuumri’’ réunit l’ensemble de ses articles en pulaar/fulfuldé parus dans des journaux comme Binndi pulaar’’, ‘’Sofaa’’ et ‘’Lasli/Njelbéen’’, ainsi que d’autres sujets inédits jusqu’ici, explique l’éditeur. Dans cet ouvrage de 336 pages, l’auteur aborde ‘’l’histoire générale de l’Afrique et du Sénégal ; les barrages du fleuve Sénégal ; l’actualité politique et économique du Sénégal…’’    Cheikh Anta Diop était un militant des langues nationales. Il disait qu’on ne peut pas se développer sans l’utilisation de nos langues’’, a confié Aboubacry Moussa Lam à l’APS, soulignant que dans ‘’Paalel Njuumri’’, il y a des textes qui renvoient à l’histoire, à l’économie, à l’agriculture, à l’élevage, etc.   En ayant le feedback des populations, je me suis rendu compte qu’on permet aux populations qui n’avaient pas eu la chance d’aller à l’école de faire un raccourci extrême. Les gens pouvaient acquérir les savoirs les plus pointus, tout simplement en se faisant  alphabétiser. Ils faisaient un gain énorme. Ce que j’ai mis dix ans à acquérir, il leur suffisait d’ouvrir mon livre +Paalel Njuumri+ et d’avoir les mêmes connaissances qu’un étudiant, explique M. Lam.   J’ai eu la preuve concrète que Cheikh Anta Diop avait parfaitement raison. La langue, c’est quelque chose de fondamental dans la constitution de l’individu. J’ai pu faire un travail utile à telle enseigne que récemment au mois de décembre, les gens de mon village et un groupe qui s’appelle Lewlewal Communication m’ont consacré une journée d’hommage (…) Ca mesure l’utilité de ces travaux-là, souligne-t-il.   Selon M. Lam, la défense des langues, c’est l’autre volet de Cheikh Anta Diop, après l’égyptologie.    Malheureusement, aujourd’hui, il y en a qui disent défendre les langues nationales. Mais défendre les langues nationales, c’est écrire dans ces langues, estime-t-il, saluant, dans le cadre de ce travail, son partenaire, le directeur des éditions Papyrus Afrique, Seydou Nourou Ndiaye, qui est ‘’convaincu par la pensée de Cheikh Anta Diop’’.   ‘’Il est un des rares éditeurs à publier presque exclusivement en langues nationales. Il a des tas de manuscrits en sérère, en wolof, en pulaar, etc. Il mérite d’être soutenu. C’est un travail utile qu’il fait. Les populations reconnaissent que c’est un travail utile. Malheureusement, j’estime qu’il n’est pas suffisamment soutenu par les pouvoirs publics. Ce travail n’est pas du folklore, c’est un travail effectif, toutes ces productions ! Malheureusement, très souvent (…) ceux qui travaillent dans le silence n’ont généralement rien, il faut que ça change, dit-il.   Selon M. Lam, l’Etat doit aider les éditeurs qui ‘’travaillent’’ et installer des bibliothèques à l’intérieur du pays.   L’Etat doit comprendre qu’une fois que les ouvrages sont produits, il faut que les populations puissent y accéder. On peut ouvrir des bibliothèques à l’intérieur du pays, où on mettrait des ouvrages écrits dans les langues nationales. Ça permettrait aux populations de s’éduquer, et c’est pour le bien du pays, soutient-il.   Aboubacry Moussa Lam a été l’assistant de Cheikh Anta Diop. Sur sa relation avec le savant, il déclare : En 1982, je me suis inscrit sous sa direction (…) Je l’ai sollicité. Je voulais travailler sur l’origine des Peuls, approche égyptologique et je savais que, c’est avec lui que je pouvais faire ce travail (…) Il avait déjà travaillé sur la question, donné un point de vue très original qui expliquait toutes les contradictions qui tournaient autour de l’origine des peuls (….) pourquoi tout en ayant un phonétique particulier, les partagent la langue, la culture avec les sérers, les wolofs, soninké.   Je peux dire que c’est lui qui est à l’origine de ma réussite. S’il ne m’avait pas récupéré comme assistant, je serai peut-être aujourd’hui dans un lycée, en tout cas je ne serai pas à l’université. Et s’il s’est battu pour que je sois recruté, dit-il.    Il ajoute : J’ai suivi les traces de Cheikh Anta Diop, j’ai fait l’égyptologie, je me suis attaqué à certaines questions qu’il avait ébauchées, notamment l’origine des Peuls, les relations entre l’Egypte et l’Afrique pour dire que la civilisation égyptienne est une civilisation négro-africaine. J’ai apporté des preuves complémentaires ; j’ai parlé des Chemins du Nil pour confirmer la thèse migratoire de Cheikh Anta Diop. J’ai écrit un petit ouvrage intitulé +La Vallée du Nil, berceau de l’unité culturelle de l’Afrique noire+, l’importance du Sahara, etc.’’   Aboubacry Moussa Lam est l’auteur de ‘’La fièvre de la terre’’, ‘’De l’Origine des Peuls’’, ‘’Le Sahara ou la Vallée du Nil’’, ‘’Les Chemins du Nil’’, ‘’Les Hiéroglyphes dès le berceau’’, ‘’Le Triomphe de Maât’’, ‘’L’Affaire des momies royales’’, ‘’L’Unité culturelle égypto-africaine à travers les formes et les fonctions de l’appui-tête’’.