Plaidoyer pour une prise en compte des projets en adaptation dans le nouveau MDP

Environnement

De l'Envoyée spéciale de l'APS: Sokhna Bator Sall Madrid, 8 dec (APS)- Un nouveau mécanisme de financement (MDP) , sera mis en œuvre, intégrant les projets d’adaptation, de méthodologies et de toutes les unités devant être réalisés, a fait savoir, Mbaye Diagne, délégué en négociations du Sénégal, à la COP 25 Il est revenu sur l’essence du protocole de Kyoto pour lequel, seuls les pays développés s’étaient engagés alors qu’avec, l’Accord de Paris tout le monde s’est engagé, a-t-il renseigné. Le protocole de Kyoto avait une première période d’engagement en 2008-2012 et une deuxième en 2012-2020, a-t-il indiqué. ‘’Il y a peu de chance qu’il y ait une deuxième période d’engagement car, l’Accord de Paris a été créé parallèlement à ce protocole’’ a –t-i fait observer. Dans ce protocole de Kyoto, seuls les pays développés avaient des engagements de réduction chiffrée de leurs émissions. ‘’Nous avons constaté que ce n’était pas suffisant. Les pays développés se sont opposés et cela à amener l’Accord de Paris, en 2015 auquel, tout le monde s’est engagé’’ a expliqué M Diagne. Il y a de fortes chances qu’à partir de 2020, on ait l’arrêt du protocole de Kyoto et le démarrage de l’Accord de Paris selon l’expert Mbaye qui faisait le point, samedi, sur l’état des négociations, à l’occasion d’une table ronde. Aujourd’hui, le mécanisme de développement propre (MDP), est un outil du protocole de Kyoto. Dans les négociations, cet aspect reste l’un des points de désaccord. ‘’Nous réfléchissons pour voir que faire pour que le nouveau cadre à créer intègre les projets les méthodologies et les unités à réaliser’’ a-t-il rassuré. Ce qu’il faut retenir, selon lui, est que’’ l’on essaie de bâtir sur l’expérience gagnée en MDP, en tenant compte de nos réalités spécifiques, pour voir tout ce qui est bénéfique, pour les (projets) faire basculer dans le nouveau mécanisme’’. Réagissant sur la participation du privé dans le financement de l’adaptation, Mbaye Diagne a précisé qu’une part du marché sera destinée à financer les mesures d’adaptation. ‘’Ce sera, en ce moment, une participation obligatoire du secteur privé dans le financement de l’adaptation que certains experts, soutiennent que cela doit être dévolu au public et non au privé. ‘’On ne leur demande pas leur avis on fait un prélèvement de leurs actifs pour le verser dans l’adaptation’’ a déclaré M. Diagne, un des négociateurs de la délégation du Sénégal. Selon lui, plusieurs projets d’adaptation seront pris en charge dans les nouveaux mécanismes de développement propres qui sont en vue. ‘’Nous sommes en train de nous battre pour que plusieurs projets seront pris en compte par ce nouveau mécanisme à créer’’ a assuré Mbaye Diagne.