Une officielle de l'UE appelle à des mesures hardies contre l'extinction d'espèces animales et végétales

Environnement

Dakar, 27 nov (APS) - La cheffe de coopération à la délégation générale de l'Union européenne (UE) au Sénégal, Cécile Tassin-Pelzer, a préconisé mercredi à Dakar des mesures "bien supérieures à tout ce qui a été fait jusque-là", pour prévenir l'extinction d'environ un million d’espèces animales et végétales au cours des prochaines décennies. Mme Tassin-Pelzer, intervenant au cours de la cérémonie de lancement de l’Observatoire régional pour la biodiversité et les aires protégées en Afrique de l’Ouest, a évoqué les dernières estimations de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, un groupe international d'experts sur la biodiversité.   Selon ces estimations, un million d’espèces animales et végétales sont menacées d’extinction au cours des prochaines décennies.   "Ce phénomène n’est pourtant pas irréversible mais demande des mesures et des ambitions bien supérieures à tout ce qui a été fait jusque-là", a dit la cheffe de coopération de l'UE au Sénégal.   En intégrant des données aussi bien globales que locales, l’Observatoire régional pour la biodiversité et les aires protégées en Afrique de l’Ouest devrait permettre à la sphère politique de prendre "les bonnes décisions et de mieux réagir aux évolutions afin de favoriser le développement d’aires protégées génératrices de revenus et d’emplois pour les populations riveraines", selon Mme Tassin-Pelzer.    "Cet Observatoire à la pointe de la technologie, met également en évidence l’importance de la digitalisation pour une gestion plus efficace et mieux informée des questions de développement", a-t-elle indiqué.    A l'en croire, la Commission européenne a fait du "green deal" (accord vert), une priorité. "L’Europe ambitionne de devenir le premier continent neutre en carbone à l’horizon 2050, grâce à une transition économique et écologique juste, génératrice d’emplois et de croissance durable", a-t-elle souligné.   Selon Cécile Tassin-Pelzer, cette ambition se traduit également dans la nouvelle alliance Afrique-Europe pour les investissements et les emplois durables dont le programme Biopama, est "une parfaite illustration".    "Comme dans la lutte contre les changements climatiques, l’Union européenne se donne l’ambition d’être un acteur global et multilatéral dans un esprit de collaboration, de partenariat et de respect mutuel avec toutes les tranches de la société", a conclu Cécile Tassin-Pelzer.