Un cadre institutionnel "fort" préconisé pour la gouvernance climatique

Environnement

Dakar, 26 nov (APS) - Le président de la commission « Développement durable et transition écologique" de l'Assemblée nationale, Papa Sagna Mbaye, a proposé lundi la mise en place d'un cadre institutionnel "fort" pour des solutions durables à la gouvernance climatique.   "La complexité des nouveaux problèmes causés par les effets néfastes du changement climatique, a exigé la mise en place d’un cadre institutionnel fort, permettant d’assurer la gouvernance climatique", a-t-il dit.   Le parlementaire estime toutefois que le chemin à parcourir dans la lutte contre les changements climatiques, est "long" face à "la situation d’urgence écologique caractérisée par la dégradation croissante de l’environnement et des ressources naturelles".   M. Mbaye intervenait, lundi, à Dakar au cours de la réunion préparatoire sur la validation de la Contribution déterminée nationale (CDN), un référentiel du Sénégal dans la lutte contre les changements climatiques.   Selon lui, "les parlementaires entendent se donner un nouveau rôle dans la résolution des problèmes environnementaux".   "Aujourd’hui, les parlementaires manifestent un intérêt plus accru pour les changements climatiques et se mobilisent pour y apporter des solutions durables", a-t-il signalé.   "Ils ont un nouveau défi de sauvegarde de l’environnement pour un développement économique et social durable", a dit Papa Sagna Mbaye. Il a ajouté, "l’engagement des parlementaires du Sénégal va permettre d’édifier la question de droit environnemental, en loi environnementale".    Dans cette perspective, a soutenu le député, "les Contributions nationales déterminées ne font que conforter notre pays dans cette dynamique de lutte contre les changements climatiques". Pour la finance climatique, il soutient que les collectivités territoriales constituent un défi majeur pour cette COP 25.   "Il devient ainsi nécessaire pour la délégation sénégalaise de mener la bataille pour la maîtrise des mécanismes financiers pour le développement des pôles territoriaux", a-t-il suggéré.   Parmi les missions d’évaluation de politiques publiques, l’amélioration de la fiscalité verte, l’atténuation et l’adaptation au changement climatique, occupent une place prépondérante, a-t-il souligné.   "Nous comptons agir en concert avec le ministère de l’Environnement", a assuré le président de la commission "Développement durable" à l’assemblée nationale.