Déchets dangereux : les conventions de Bâle et Stockholm en partenariat pour un meilleur contrôle des transferts

Environnement

Dakar, 16 sept (APS)- Les conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm nouent un partenariat pour une mise en œuvre effective des dispositions de contrôle des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux dans la région Afrique. ‘’Nous saluons et magnifions les nombreux efforts déployés par les Parties, l’ONU environnement, le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) et le secrétariat des conventions de ces trois conventions, permettant d’enregistrer ce bel exemple de partenariat’’ a indiqué, Gogo Banel Ndiaye, première conseillère technique au ministère de l’Environnement et du Développement durable. Le colonel Ndiaye présidait lundi, un atelier régional de renforcement des pays de la région Afrique pour la mise en œuvre des conventions de Bâle et de Rotterdam. La convention de Bale vise à réduire les déchets dangereux à travers les pays, éviter les transferts de ces déchets des pays développés vers ceux en développement. Quant à Rotterdam, elle encourage la gestion industrielle des déchets dangereux et le partage d’informations sur les caractéristiques de ces produits afin de protéger la santé des personnes et l’environnement. ‘’Le but commun est la protection de la santé d’où, les synergies entre les accords nationaux et internationaux’’ a-t-elle relevé indiquant que la convention de Bâle est mise en place pour contrôler le transport transfrontalier des déchets dangereux. Pour elle, ‘’tous les déchets, sont presque dangereux car, il n’y a pas de limites, cependant, la convention de Rotterdam les a déjà classés en Annexe I, II, III, IV, VIII et IX’’. Les déchets sont classés en fonction de leur dangerosité en Annexe des textes de base de ces conventions. De ce point de vue, dit-elle, la rencontre permettra aux participants de s’entendre sur les mécanismes de coordination. ‘’C’est deux conventions agissent presque en’ complémentarité’ a souligné Gogo Banel Ndiaye. Par ailleurs, a-t- elle souligné, le Sénégal abrite le siège du centre de formation et de transfert de technologies pour les pays d’Afrique francophones, dont la mission est d’appuyer les pays membres dans la mise en œuvre des conventions de Bâle et Stockholm et des autres conventions, à la gestion des produits chimiques. ‘’A l’image des autres centres régionaux, il n’existe pas un mécanisme financier pérenne pour assurer le fonctionnement du centre régional des conventions de Bâle et de Stockholm (CRCBS-Af) hormis l’appui du gouvernement du Sénégal, malgré toutes ces difficultés’’ a expliqué la conseillère technique. Ainsi, depuis sa création, le CRCBS –Af a mené à son actif diverses activités selon elle.