Ben Guerir : les jeunes africains revendiquent une meilleure implication dans le développement du continent

Afrique

<div style="text-align: justify;"> De l’envoyée spéciale de l’APS&nbsp;: Sokhna Bator Sall Ben Guerir&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> Ben Guerir (Maroc),&nbsp;5 août (APS) - Les jeunes leaders africains souhaitent participer à la gouvernance et la prise de décisions dans leurs pays respectifs, en vue de jouer leur partition dans la réalisation des objectifs des agendas 2030 et 2063, a déclaré lundi leur porte-parole Aya Chebbi, envoyée spéciale des jeunes à l’Union africaine (UA). <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> L’Agenda 2030 est un programme de développement adopté en septembre 2015, par les 193 États membres de l’ONU. <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> L’Agenda 2063, adopté par les pays membres de l’Union africaine (UA) en 2015, est "un appel à l’action à tous les segments de la société africaine à travailler ensemble pour construire une Afrique prospère et unie, fondée sur des valeurs communes et un destin commun".&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> "Nous voulons plus de considération dans la gouvernance et&nbsp;la prise de décision en vue d’une atteinte des deux agendas de l’UA et des Nations unies", a dit Mme&nbsp;Chebbi à l’ouverture de la deuxième édition du World Merit Summit, à l’université Mohamed VI de Ben Guerir.&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> Cette rencontre qui se tient jusqu’à vendredi, réunit plusieurs experts et jeunes leaders africains qui, selon elle, doivent "sauver le monde" de tous ses maux. "Cette génération est celle qui va sauver le monde de la corruption, du changement climatique, de la pauvreté", a-t-elle déclaré.&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> Toutefois, elle a appelé au respect des droits des jeunes par les Etats membres de l’Union africaine mais aussi à l’implication des jeunes dans la prise de décision, de même qu’à leur engagement. <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> "Je lance un appel à l’endroit de la jeunesse pour la vision du panafricanisme et de l’atteinte de l’Agenda 2063 de l’UA mais également leur engagement citoyen", a lancé Mme&nbsp;Chebbi.&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> "Nous avons le pouvoir de le faire, mais nous devons nous organiser et nous engager entièrement dans la gouvernance et la prise de décision, car vous êtes la force de ce continent et du monde", a-t-elle renchéri. Elle estime à cet égard qu’une solidarité intergénérationnelle agissante est indispensable.&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> "C’est important à mon avis, car l’âge moyen du leadership est de 66 ans, là où celui de la population est de 25 ans. Nous avons un écart important, et si on continue sur cette lancée, il va y avoir une crise. C’est notre génération qui doit être un pan entre les générations pour ainsi avoir un leadership partagé", a-t-elle exhorté. <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> Pour Aya Chebbi, c’est la meilleure manière de contribuer à l’effectivité de l’agenda 2063 de l’UA.&nbsp; <div style="text-align: justify;"> &nbsp; <div style="text-align: justify;"> Evoquant les deux agendas (2063 et 2030) Mme&nbsp;Chebbi déclare&nbsp;: "C’est vraiment le travail des jeunes au niveau des communautés mais également sur le terrain qui nous amènera à ces objectifs de développement durable".