L’utilisation des OGM ne présente aucun risque sur la santé (universitaire)

Environnement

Louga, 24 juil (APS) - L’utilisation des organismes génétiquement modifiés (OGM) ne présente aucun risque sur la santé humaine et animale, a soutenu mercredi le professeur de génétique moléculaire végétale Diaga Diouf, enseignant à l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. L’OGM est un organisme vivant dont le patrimoine génétique a été modifié par l’homme. Il existe plusieurs variétés d’OGM dont les semences, les poissons, les vaches, les poulets et les bactéries, lesquelles sont utilisées pour produire de l’insuline. "Il y a beaucoup de risques imaginaires, qui ont été inventés. Mais ce que je peux dire, en l'état actuel des développements scientifiques et techniques, "c’est que nous ne connaissons pas d’effets néfastes de l’utilisation des OGM, ni sur la santé humaine ni sur la santé animale", a soutenu M. Diouf lors d’une "journée d’animation scientifique" de l’Autorité nationale de biosécurité (ANB) sur l’utilisation des OGM. Dans le domaine médical, souligne Diaga Diouf, des organismes génétiquement modifiés sont utilisés "pour traiter beaucoup de maladies comme le diabète". Même si les OGM ne sont pas dangereux pour la santé humaine et animale, il faut "s’entourer de garanties pour les réglementer", afin d’éviter par exemple qu'"un individu s’enferme dans son laboratoire et fasse ce qu’il veut, soit à des fins militaires ou terroristes", en recourant aux organismes génétiquement modifiés, avertit M. Diouf. "Au Sénégal, il faut adopter une loi. Un projet de loi est en cours. Il s’inspire du projet de loi communautaire [de l’UEMOA] qui s’inspire sur la loi de la CEDEAO, laquelle est inspirée par les lois internationales" relatives à la génétique, a expliqué l’universitaire. Interrogé sur l’existence ou pas d’OGM au Sénégal, il a dit qu’il n’était pas possible de répondre par l’affirmative sans que des études scientifiques n’aient été menées. "Les populations confondent un organisme génétiquement modifié et une variété améliorée", a souligné M. Diouf.