Pour l'intégration du climat dans la planification stratégique des déchets

Environnement

Dakar, 21 janv (APS) - La chef de division Changements climatiques à la Direction de l’environnement et des établissements classés, Madeleine Diouf Sarr, a plaidé, lundi, pour une intégration du climat dans les politiques de planification du secteur des déchets solides. Mme Sarr intervenait, à Dakar au cours du lancement du projet d’appui à la mise en œuvre de la Contribution nationale déterminée (CDN) dans le secteur des déchets solides au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Dans les contributions nationales déterminées (CDN), les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant de déchets représentent environ 12 % des émissions totales du pays, a t-elle relevé. Le projet devra, selon elle,  marquer un tournant décisif dans l’intégration du climat au niveau de la planification stratégique du secteur des déchets solides ainsi qu’à la mise en place d’un mécanisme durable susceptible de suivre les actions d’atténuation dudit secteur en lien avec la CDN et le PSE. Pour Madeleine Diouf Sarr, l’enjeu traduit l’entendement commun qu’il faudrait avoir sur l’implication quantifiable des collectivités territoriales, des communautés et des groupements d’associations au centre des interventions en matière de gestion des déchets, de protection de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique. Elle rappelé que nombre de paramètres clés des émissions de ce secteur ne sont pas estimés, du fait de l’inexistence de données dans les systèmes d’incinération des déchets, de la gestion biologique, de l’enfouissement technique, mais également, des dispositions de mise en décharge au niveau national. Evoquant les raisons du lancement de ce projet, elle a cité des insuffisances liées à la collecte et au traitement des données d’inventaire des émissions de GES dont une bonne cartographie, aboutirait à déterminer les sources. Ainsi, plusieurs options sont préconisées pour faciliter la mise en place d’une stratégie de développement sobre en carbone au niveau de ce secteur de déchets solides. Elles portent sur la construction d’infrastructures de valorisation des déchets solides, la réhabilitation des décharges départementales et communales, la promulgation de textes juridiques sur la gestion des déchets solides, l’application des mesures de compostage de la matière organique, la facilitation de la récupération et mise en torchère du méthane des décharges. La mise en place d’un système MRV (measuring, reporting et verification) dans les secteurs des déchets solides va jeter les bases de l’intégration du changement climatique dans la planification stratégique du dit secteur, a salué Madeleine Diouf Sarr.