Mise en place d’un système de responsabilisation pour promouvoir le développement local

Environnement

Cette rencontre, a expliqué le directeur de la dite ONG, Bara Guéye, ‘’est organisée dans le cadre de l’initiative ‘’promouvoir les systèmes de responsabilisation inclusive pour le financement climat’’. L’atelier entre autre regroupé des élus locaux, du représentant de  l’Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), des journalistes, des acteurs de l’environnement et le représentant du ministère de la gouvernance territoriale, Biram Owens Ndiaye. ‘’Cette initiative qui s’appui sur les acquis du projet + Décentralisation des fonds climats+ mis en œuvre par IED Afrique dans la région de Kaffrine vise à améliorer les gouvernance des finances climats au niveau national et local à travers l’identification et la valorisation des opportunités de la participation effective des acteurs locaux pour mieux influencer la prise de décision’’, a ajouté M. Guéye. Il a rappelé que depuis trois ans, le projet DFC expérimente un processus de financement décentralisé de l’adaptation à travers un fonds mis à la disposition des communautés et des collectivités territoriales de la région de Kaffrine dans le but de renforcer leur capacité à planifier et financer des investissements qui aident à un développement à l’épreuve du climat. Bara Guéye a indiqué que grâce à l’appui de l’Open Society Initiative for West Africa (Osiwa), ces ‘’mécanismes de redevabilité inclusifs, de responsabilisation et financement climat’’ ont été testés dans deux communes de la région de Kaffrine notamment à Dianké-Souf et à Boulel. Cette expérience menée  dans la région de Kaffrine nous a permis ‘’d’essayer et de voir comment on peut développer des outils de responsabilisation de redevabilité sociale pour renforcer les acquis du projet DFC et permettre aux élus locaux et aux populations d’interagir et d’échanger’’. ‘’Nous voulons que les  collectivités locales rendent compte aux utilisations des ressources qui ont été mis à leur disposition dans le cadre du projet DFC’’, a-t-il dit, souhaitant que cette expérience soit reproduite par d’autres projets et soit massifiée dans d’autres communes du pays. M. Guéye a fait savoir que  dans le cadre spécifique de cette expérience, l’IED Afrique a deux outils de responsabilité sociale dont des audiences publiques et des émissions radios pour dit-il permettre aux maires d’être directement  liés aux populations. ‘’Ce mécanisme d’échange permet d’améliorer la qualité des relations entre les élus et la population. Cette initiative participe à la bonne gouvernance’’, a réagi le représentant de l'union de l'association des élus locaux (UAL) , Malick Ndiaye.