L'ANA veut positionner le Sénégal parmi les premiers producteurs

Télécommunications

Le premier pays francophone qui est à la 1ère place, parmi les pays africains aquacoles, c'est la Côte d'Ivoire. Le grand challenge c'est de faire en sorte que le Sénégal se positionne comme un pays aquacole en tant que pays francophone, a-t-il dit mardi. S'exprimant lors d'un comité régional de développement (CRD), une réunion administrative consacrée à l'aquaculture à Sédhiou, M. Bâ a cité l'Egypte et Nigeria comme les championnes dans ce domaine. Ils sont suivis des pays comme l'Ouganda du Ghana, Kenya, Zambie etc. Pour le moment, la production au Sénégal est faible, toutefois, les mesures mises en place depuis 2012 montrent une croissance de la production des produits aquacoles, a souligné Maguatte Bâ. Le taux a connu un taux de croissance de 195% en moins de deux ans. Le directeur de l'ANA estime que la production d'aliments est très importante car c'est cela qui nous permet d'avoir une aquaculture durable. Et c'est là, la grande contrainte car des études ont montré que 60% des investissements va d'aliments pour les poissons, a-t-il ajouté. Donc c'est important de développer cela et c'est le privé qui doit se positionner au niveau de ce secteur (aliment pour le poisson) pour que l'on puisse utiliser ces résidus de récolte pour nourrir les poissons, a-t-il expliqué. Maguatte Bâ rappelle également que l'aquaculture marine est l'avenir de l'aquaculture. Une étude en perspective sera faite très bientôt avec les partenaires pour un pôle aquacole en matière d'aquaculture au Sénégal, a-t-il dit. Nous avons le défi de relever le partenariat très fort que l'Etat doit développer avec les organisations professionnelles, le secteur privé, le partenariat public-privé, les institutions de formations et de recherche, a-t-il soutenu.