Aquaculture à Sédhiou: Oumar gueye plaide pour la construction infrastructures de base

Télécommunications

(...), pour mieux valoriser le potentiel de Sédhiou, et en faire un pôle de développement aquacole, il est nécessaire de mettre en place des infrastructures de base pour la production d'alevins et d'aliments de qualité (...), a-t-il dit. S'exprimant lors du Conseil régional de développement (CRD) consacré à l'aquaculture à Sédhiou, le ministre de la Pêche insiste sur l'importance de renforcer les capacités des acteurs et de mettre en place des fermes modernes. En février dernier, le Président de la République Macky Sall, lors du Conseil des Ministres décentralisé tenu à Sédhiou avait décidé d'ériger cette région en Pôle Aquacole National. Selon lui, Il faut impulser la recherche développement dans le domaine, de faciliter l'accès au crédit. Tout cela concourt au développement de l'économie locale, par la contribution à la sécurité alimentaire et la création d'emplois. Au vu des potentialités aquacoles que regorge cette région du Sud, selon Oumar Gueye, faire de Sédhiou la localité de référence en matière d'aquaculture est possible. En effet, la localité dispose d'un réseau hydrographique dense, d'une disponibilité de terres adaptées, une biodiversité animale et végétale, une bonne pluviométrie et l'existence d'un savoir-faire traditionnel. L'aquaculture dont le projet de code est en cours d'adoption, fait partie des 27 projets phares du plan d'actions prioritaires (PAP) 2015 – 2018 du Plan Sénégal émergent (PSE). Les objectifs du Plan Sénégal émergent (PSE) se chiffrent à 30 000 Tonnes de produits aquacoles avant 2018 et 50 000T avant 2023. Citant les prévisions d'une étude faite par la Banque mondiale en 2012, M. Gueye, rappelle qu'au plan mondial, 49% de poissons consommés proviennent de l'aquaculture et que la consommation de produits issus de l'aquaculture serait de 62% en 2030. En Afrique les gouvernements accordent de plus en plus de l'importance à l'aquaculture. Ceci est illustré par son fort taux de croissance annuel moyen qui est de 13, 4% suivi de celui de l'Asie (9,2%), a-t-il dit. Au Sénégal, la production aquacole est estimée à 1095 tonnes en 2014, selon le ministre de la Pêche, qui invite les Partenaires au développement, les ONG à investir conséquemment dans ce sous-secteur. Plusieurs personnalités politiques, administratives de la localité ont pris part à ce CRD consacré à l'aquaculture. SK/