Dakar réaffirme son engagement pour une véritable Union économique sous-régionale

Economie

Le chef du gouvernement sénégalais présidait la cérémonie d'ouverture de la célébration du quarantième anniversaire de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui regroupe une quinzaine de pays francophones, anglophones et lusophones. "Le Sénégal est partisan d'une intégration totale, allant jusqu'à promouvoir un transfert de souveraineté des Etats de la communauté", a-t-il rappelé au cours de cette rencontre portant sur le thème Pertinence et défis de l'intégration régionale dans l'espace CEDEAO. Nous devons tous nous sentir concernés par ce processus, en étant animés d'une volonté forte de bâtir ce chantier commun. Chacun d'entre nous doit croire à cette communauté de destin en œuvrant à son renforcement, a plaidé Mahammad Boun Abdallah Dionne. De l'avis du chef du gouvernement sénégalais, pour atteindre l'objectif fixé, la CEDEAO doit s'appuyer sur les jeunes et les femmes, "acteurs clés du développement économique et social". "La question de l'appropriation des politiques et programmes d'intégration est d'autant plus cruciale que la CEDEAO a connu et connaîtra de profondes mutations qui auront inévitablement un impact sur la vie de ses populations", a-t-il déclaré. "Quarante années après, même si l'on peut s'interroger sur le niveau de réalisation de ses objectifs, une chose est claire, la pertinence des choix, la mutualisation des efforts et des moyens, à travers l'intégration régionale, demeure une réalité, a-t-il souligné. De plus, a-t-il indiqué, l'entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2015, du tarif extérieur commun (TEC), dont la structure définitive a été adoptée à Dakar en octobre 2013. Depuis cette date, notre organisation sous régionale vient de franchir une étape phare dans la réalisation de la concrétisation de ce marché commun que nous souhaitons tant mettre en place au bénéfice des économies de notre sous région a dit M. Dionne. Avec l'approbation annoncée de l'Accord de partenariat économique (APE) entre l'Afrique de l'Ouest et l'Union européenne (UE) par la conférence des chefs d'Etats et de gouvernement, "la CEDEAO s'apprête à entamer une phase inédite dans ses rapports avec l'un de ses puissants partenaires qui est l'Europe", a-t-il relevé. Dans ce contexte, la CEDEAO "doit trouver des réponses urgentes au chômage endémiques des jeunes, aux défis infrastructurels, aux méfaits des changements climatiques, à l'extrémisme religieux et à l'immigration clandestine", entre autres. A cela s'ajoute selon lui "la question fondamentale de la paix et de la stabilité de nos Etats sans laquelle, aucune perspective heureuse ne peut être envisagée". "Une grande partie de ces défis, trouve une réponse dans l'approfondissement du processus d'intégration régionale", a soutenu le chef du gouvernement sénégalais.