Nioro : le khalife de Médina Baye prie pour un bon hivernage

Télécommunications

SENEGAL-ISLAM Nioro : le khalife de Médina Baye prie pour un bon hivernage Taïba Niassène, 4 mai (APS) – Le khalife de Médina Baye, Cheikh Ahmad Tidiane Niass, a formulé lundi lors de la cérémonie commémorative de l'édition 2015 de la naissance d'El Hadji Ibrahima Niass, fondateur de la confrérie Niassène, des prières pour un bon hivernage. On se dirige vers l'hivernage et nous prions pour un bon hivernage, un hivernage pluvieux, une bonne récolte et de bons rendements , a-t-il souligné, en présence de la délégation officielle conduite par le maire Mariama Sarr , ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance. Elle est composée du gouverneur Lamine Sagna, des chefs de services régionaux et des élus locales. Dieu, peut nous accorder un bon hivernage et exaucer tous nos prières, a-t-il poursuivi, relevant, que l'agriculture sénégalaise traverse en ce moment beaucoup de difficultés alors qu'elle est d'une grande importance pour notre pays. Les populations d'un pays, a-t-il rappelé, se nourrissent de ce qu'elles cultivent. Donc, il faut aider les producteurs que sont les paysans, les soutenir en semences, en engrais, en urée ou encore en matériels agricoles, a-t-il plaidé. Le Khalife a estimé que si toutes ces conditions sont réunies les paysans pourront cultiver comme il se doit. Mais, a-t-il précisé, s'il y a un manquant de tous ces préalables cela perturbera leur saison. Nous demandons donc, aux autorités étatiques de renforcer leur vigilance à ce niveau, a-t-il souligné, remerciant, toutefois, le président de la République, Macky Sall, pour les actes posés dans le sens de soutenir le monde paysan. Mais aussi dans les foyers religieux sans oublier le choix porté sur, cheikh Al Ibrahima Niass dit Baye Niass, comme parrain de l'USSK, a ajouté Cheikh Ahmad Tidiane Niass. Le ministre Mariama Sarr a demandé au Khalife de Médina Baye de prier pour la paix en Casamance, un Sénégal de paix, mais aussi et surtout pour un dénouement heureux de la crise qui secoue depuis février l'école sénégalaise. AB