Une marche à Kédougou pour le retour de la paix en Casamance

1

Cette marche est une initiative de la fondation Friedrich Ebert, le comité régional de solidarité des femmes pour la paix en Casamance et d'autres organisations engagées en faveur d'un retour à la normale dans la zone méridionale du pays. Elle est partie de l'auberge Thomas Sankara pour la gouvernance où un mémorandum a été remis au chef de l'exécutif régional, William Manel. Selon la responsable régionale des femmes de Kédougou, Adja Aissatou Aya Ndiaye, "la paix en Casamance est un impératif national de développement. Aussi les les femmes de Kédougou sont-elles "prêtes à aider à la recherche de la paix définitive et durable en Casamance". "Quand une partie de la nation souffre, c'est tout le pays et au-delà qui est affecté", a déclaré Mme Ndiaye. "Parce que le Sénégal est un et indivisible, nous exigeons l'ouverture de négociations inclusives, transparentes et sincères" pour un retour de la paix en Casamance, a déclaré Assa Diallo, la présidente des femmes pour le développement de Kédougou. Selon Mme Diallo, "les jeunes et les femmes exigent par ailleurs un calendrier clair de négociations et une prise en compte de leurs besoins spécifiques" dans les discussions que l'Etat et le Mouvement des forces démocratique de Casamance (MFDC) seront amenés à conduire. Le développement de la Casamance se trouve contrarié par les conséquences d'une rébellion armée déclenchée il y a plus de 30 ans par le le MFDC qui réclame l'indépendance de cette partie du pays. Le gouverneur de Kédougou a reçu les marcheurs, en leur rappelant que "la paix en Casamance est une priorité du gouvernement". Il les a félicités pour leur engagement et a promis d'étudier et de transmettre le mémorandum aux plus hautes autorités.