Des professionnels soulignent les innovations" de la nouvelle convention collective

1

Ces professionnels de l'information intervenaient au cours d'un panel organisé sur la nouvelle convention collective élaboré par les acteurs des médias, dans le cadre la Journée mondiale de la liberté de la presse. Selon Diatou Cissé, par exemple, "l'une des nouveautés" de ce projet de convention concerne l'introduction de "clauses de nature à garantir et à sécuriser la grossesse de la femme journaliste mais également concernant la garde de ses enfants". "Ce sont des questions de genre mais ce sont également des questions éminemment sociales (…) et cela a été une innovation majeure", a-t-elle expliqué. La proposition portant sur un reclassement automatique à la classe supérieure après trois années de plafonnement est "l'une des grandes nouveautés du nouveau texte, a de son côté relevé Abdoul Aziz Bathily, formateur au Centre d'études des sciences et techniques de l'information (CESTI) de l'Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar. Une autre innovation concerne les journalistes, reporters-photographes reporters-cameramen ainsi que les techniciens de niveau 2, qui démarrent à la classe 4 et non 3 (...), a-t-il ajouté. Selon M. Bathily, d'autres indemnités et primes ont été instituées - logement, primes d'habillement, frais de reportages, mais aussi l'indemnité de service rendu en cas de rupture à l'amiable avec le travailleur ayant accompli au moins une année de présence dans l'entreprise. Saliou Traoré, actuel correspondant de l'Agence de presse espagnol (EFE) pour l'Afrique de l'Ouest, a pour sa part insisté sur l'appropriation des nouveaux textes par chaque professionnel des médias. M. Traoré, un ancien de l'Agence de presse sénégalaise, a invité le SYNPICS "à faire preuve d'une très bonne capacité de négociation" pour l'adoption de la convention collective. La cérémonie d'ouverture de cette rencontre a été présidée par le secrétait d'Etat chargé de la communication, Yakham Mbaye, qui s'est dit "optimiste" quant à l'adoption de la nouvelle convention collective, rappelant que l'ancienne date de 1991. Le mois de mai "marquera le top départ d'une nouvelle discussion avec les acteurs (…) pour avoir quelque chose qui sera accepté avant juillet, a-t-il annoncé au sujet du Code de la presse que certains députés se refusent à voter en raison de ses dispositions relatives à la dépénalisation des délits de presse.