Le "pont Sénégal 92" démoli, un échangeur annoncé dans 12 mois

Pêche

Ce pont va être remplacé sur cinq kilomètres par un échangeur à trèfles de troisième génération, quatre branches trois voies, sur la route des Niayes. Le futur échangeur permettra de desservir plus facilement Grand-Yoff, les Parcelles Assainies, Golf, Guédiawaye, entre autres quartiers de la banlieue dakaroise. Les alentours du pont Sénégal 92 avaient été quadrillés tôt samedi matin par des forces de sécurité occupés à préparer cette opération tout en éloignant du chantier des curieux et chauffeurs qui s'en approchaient. De fait, des badauds voulaient à tout prix immortaliser les deniers instants de l'édifice construit en 1992 à la veille de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) de football. Une situation qui a rendu difficile le déroulement de l'opération. Les forces de sécurité ont du user de subterfuges pour les en éloigner et dresser un périmètre de sécurité d'un kilomètre. La circulation des véhicules avait été temporairement stoppée pour raisons de sécurité. Les préparatifs de cette opération étaient en cours depuis deux semaines, sous l'égide du Génie militaire, de concert avec les techniciens de l'Agéroute et de la Compagnie sahélienne d'entreprises (CSE) qui ont travaillé jusqu'à la fin pour sa réussite. Sur place, un fil avait été déroulée, qui se prolongeait jusqu'au stade Léopold Sédar Senghor, où le champ de tir a été installé. Une fois le signal donné après plusieurs avertissements, l'équipe dirigée par le lieutenant Oury Bâ a alors entrepris de déclencher la manœuvre, sous la direction du lieutenant-colonel Mamadou Seck Falla Mboup. La démolition du pont, annoncée par une forte explosion, a provoqué un bruit assourdissant avant que la poussière ne s'élève dans le ciel. Des militaires sautaient de joie, satisfaits de la mission accomplie, avant d'en informer leur chef avec de grands gestes de la main. Badauds et militaires quittaient ensuite le stade Léopold Sédar Senghor pour le pont démoli où ils ont pu constater les résultats de l'opération. S'adressant à des journalistes, peu après, le lieutenant-colonel Mamadou Seck Falla Mboup a fait part de sa "satisfaction complète" concernant le déroulement de cette opération. Selon lui, "aucun dégât majeur" n'est à signaler relativement à cette opération. Il a précisé que la mission assignée à ses militants était de détruire le pont en démolissant ses trois piliers. Des techniciens de l'entreprise CSE vont entamer dimanche les travaux de finition de la démolition, pour baliser la voie à la construction de l'échangeur prévu pou être livré dans 12 mois.