A la découverte de la "bombe écologique" de Louga

Télécommunications

Des eaux s'échappant de la station d'épuration se déversent près des abattoirs de cette capitale régionale où l'Agence de presse sénégalaise (APS) tient depuis jeudi un atelier de trois jours sur la question de l'environnement dans le développement local. A cause de ses eaux usées se transformant en mare noirâtre, la station d'épuration située à Keur Serigne Louga Est rend désagréable le cadre de vie, dans cette partie de la commune de Louga. Des cadavres d'animaux, des ordures ménagères et des milliers de sachets en plastique s'entassent sur cet endroit d'où se dégage une odeur nauséabonde. Des bâtiments délabrés et abandonnés gisent dans ces eaux où pataugent de nombreux cochons. Tout un cocktail décrit par les spécialistes de l'environnement comme la "bombe écologique" de Louga. L'endroit est proche des locaux de la Société générale des abattoirs du Sénégal (SOCAS), d'où provient une bonne partie de la viande consommée à Louga. Il sert d'abreuvoir aux animaux, avant leur passage à l'abattage et la vente de leur chair, qui finit dans les assiettes des habitants de la ville. Autour des tas d'immondices se dressent des maisons. Des enfants s'amusent gaiement au bord de la mare noirâtre. A quelques dizaines de mètres de ce paysage infect se dresse une énorme décharge d'ordures ménagères, dans le quartier de Touba Seras.