Lutte contre les changements climatiques: un expert suggère un cadre institutionnel fort

Agriculture

Le Sénégal est conscient du rôle consultatif qui lui est confié dans la définition des lignes directrices, dans la conception des politiques nationales et les projets du gouvernement du pays, a-t-il dit.. M. Sarr intervenait au cours d'un atelier de présentation sur le modèle, les objectifs et le dispositif institutionnel du Fonds national climat (FNC). Il a assuré que le Sénégal a pris la bonne mesure du contexte actuel des négociations sur les changements climatiques. Selon lui, la finance climat ne peut s'accommoder de simples réaménagements d'institutions nationales existantes. Cela empêcherait de surmonter l'ensemble des obstacles provenant de l'énorme responsabilité liée à la gestion des fonds publics nationaux comme internationaux (...), a expliqué le président du COMNACC. Toujours en ce sens, il a souligné que, dans sa dynamique actuelle, la finance climat pose un certain nombre de défis pour les gouvernements bénéficiaires, en termes d'accès, de gestion et de décaissement des fonds. Il est également certain, que les fonds en provenance du public, ne seront pas suffisants pour couvrir les coûts de l'atténuation et de l'adaptation dans les pays en développement a-t-il averti, avant d'inviter ces pays à utiliser des alternatives supplémentaires pour attirer les capitaux du secteur à investir dans leurs projets. Partant de là, a-t-il estimé, le Sénégal doit poursuivre le processus de mise en place d'un cadre institutionnel approprié pour, davantage capter les ressources disponibles afin de mieux les orienter efficacement vers les priorités nationales de développement durable du pays. Pour lui, en se dotant d'un Fonds national climat, le Sénégal pourrait ainsi, disposer d'un outil important, pour gérer les financements destinés à la lutte contre les changements climatiques. Une telle ambition vient avec ses propres défis car, dans sa conception comme dans l'exercice de ses responsabilités, le Fonds national climat va être confronté aux défis inhérents à sa capacité à lever des fonds et à celui non moins exigeant d'être en mesure d'allouer les ressources qui lui sont confiées de manière équitable et efficace, a expliqué Ousmane Fall Sarr. Il a ajouté que l'offre de financement climat devient une réalité pour les pays en développement et une opportunité de mobilisation de fonds qui pourront alimenter le futur Fonds national climat du Sénégal. Le COMNACC, selon lui, relève la nécessité d'une forte appropriation par les pays, dans l'identification et la mise en œuvre des programmes et projets et l'accès direct au financement par les pays en développement. Par ailleurs, il a invité le Centre de suivi écologique, l'entité accréditée, à jouer un rôle central dans le futur dispositif à mettre en place, afin de faciliter l'accès direct au financement actuellement disponible et le renforcement des capacités des structures nationales. Je prends l'engagement solennel, que le COMNACC sera l'interlocuteur privilégié du processus de mise en place du Fonds national climat et qu'il mettrait à sa disposition toute son expertise pour accompagner la formation et la sensibilisation, la concertation, la gestion et le suivi-évaluation des différentes activités qui seront menées , a assuré M. Sarr.