La région de Louga est menacée par le changement climatique (gouverneur)

Télécommunications

Sur le plan agricole, nos terres sont dégradées à Louga. Il n'y a plus de terres fertiles. Le changement climatique affecte notre région. La désertification avance, les terres sont infertiles pendant qu'on était un grenier du bassin arachidier. Et il y a tout un ensemble de phénomènes qui luttent contre la préservation de l'environnement, a-t-il relevé. Il s'exprimait à l'ouverture d'un atelier de partage sur la gestion de l'environnement à Louga, à l'initiative de l'Agence de presse sénégalaise (APS), en partenariat avec la Fondation Konrad Adenauer (FKA). La rencontre sera ponctuée par la production d'un document de référence sur la gestion des ordures ménagères à Louga. Selon le gouverneur, la question environnementale à Louga ne concerne pas seulement de déchets solides et d'insalubrité. Louga est menacé par la désertification. Il pleut de moins en moins actuellement, parce qu'il n'y a plus d'arbres, c'est un problème environnemental extrêmement important, a-t-il soutenu. Dans Sud et dans l'ouest de la région, il y a l'érosion éolienne avec les dunes de sable qu'on a essayé de stabiliser avec le reboisement de filaos, mais cela demeure toujours une préoccupation pour les populations, a-t-il ajouté. M. Faye a déploré le fait que la prise en charge de la question environnementale n'est pas une priorité pour les élus locaux, estimant que tous doivent s'y mettre pour faire pression sur les urgences de l'environnement. Malheureusement les politiques publiques, le plus souvent, ne donnent pas la priorité à l'environnement et l'Etat du Sénégal a voulu impliquer les collectivités locales en leur transférant ce volet extrêmement important du développement économique et social qui est l'environnement. Mais on a comme l'impression que tout est resté à l'Etat, a-t-il indiqué. Il faudrait, selon le gouverneur, que nous puissions faire en sorte que l'environnement soit une priorité pour nos gouvernants et les élus locaux. C'est pourquoi j'en appelle à la contribution de tous et particulièrement à la presse qui a un rôle fondamental à y jouer.