Il y a 65 ans, Papa Gallo Thiam établissait un record de France du saut en hauteur

3

Dans un article signé de son correspondant de l'époque à Dakar, le quotidien sportif français l'Equipe titrait "Détails sur un record de France : Pour l'histoire, c'est jeudi à 18h 30 que Thiam a franchi 2m 03". "C'est jeudi soir à 18h 30 au cours des championnats de l'OSSU que Thiam Papa Gallo a franchi 2m 03 battant le record de France du saut en hauteur (2m 02)", écrivait René Roquier, le correspondant particulier du quotidien sportif français. "Cette performance a été contrôlée par M. Lalanne, président de la Ligue régionale d'athlétisme de l'AOF (Afrique occidentale française) assisté de MM. Lagarrigue, secrétaire général, de Coqueugnot, délégué de l'OSSU, Conjot, Damon et Marchand, professeurs dans divers établissements de Dakar", précisait-il. "Au cours de cette réunion, plusieurs records scolaires de l'AOF ont été battus : mais la meilleure performance après celle de Thiam, fut également réussie en saut en hauteur par Keita Birama avec le bond de 1m 91 (son record personnel était de 1m 90)", ajoutait-il. "Il était toutefois regrettable que par la volonté de M. Coqueugnot, professeur d'EP dans le lycée de Dakar, le travail commencé en AOF en 1947 et dont on recueille les fruits, puisse se trouver compromis", notait le correspondant du journal, en allusion au fait que les lycéens tels que Papa Gallo Thiam n'avaient pas le droit de prendre part aux compétitions civiles. Selon le quotidien sportif, cette situation était d'autant plus incompréhensible que le sauteur en hauteur à l'époque était licencié au Foyer France Sénégal, ancêtre du Jaraaf de Dakar. Décédé en 2001 à l'âge de 70 ans, l'ancien sauteur en hauteur, ingénieur des Travaux publics dans le civil, était décrit comme "un précurseur" par Serigne Aly Cissé, journaliste au quotidien Le Soleil. Il avait "une des cartes de visite les plus fournies du sport sénégalais". Papa Gallo Thiam faisait partie des sportifs qui alliait études et pratique sportive. Il a ensuite occupé plusieurs fonctions et a été membre du Comité national olympique sportif sénégalais de 1970 à son décès en 2001, des suites d'une longue maladie en France. Président de la Fédération sénégalaise d'athlétisme de 1976 à 1994, il fut aussi SG-Trésorier général de la Confédération africaine d'athlétisme (CAA) de 1973 à 1983. S'il n'avait pas pu, en tant qu'athlète, prendre part aux Jeux olympiques d'Helsinki (Finlande) en 1952, en raison d'une blessure, il a été reconnu par le Mouvement olympique international. Chef de mission du Sénégal lors des Jeux olympiques de Munich (1972), Montréal (1976) et Moscou (1980), le Comité international olympique lui a décerné "l'ordre olympique" en 1998. Premier champion des champions noirs du journal l'Equipe en 1950, il fut également le premier champion noir à recevoir la prestigieuse distinction de HELMS Fondation des USA en 1950. Thiam Papa Gallo doit être rangé parmi les légendes du sport sénégalais", écrivait Serigne Aly Cissé, lui aussi décédé en décembre 2009.