Michaëlle Jean préoccupée par les violences au Burundi

Télécommunications

Au moins deux manifestants ont été tués pas balles dimanche à Bujumbura, la capitale du Burundi, alors qu'ils protestaient contre la candidature du président burundais sortant à un troisième mandat. Des heurts ont éclaté entre manifestants et policiers dans plusieurs quartiers de la capitale burundaise au lendemain de la désignation par son parti du président, Pierre Nkurunziza, comme candidat à la présidentielle du 26 juin, selon les médias. Toute violence doit être condamnée avec la plus grande énergie. J'appelle toutes les parties au calme, à la retenue et à faire preuve de responsabilités. Seul le dialogue doit prévaloir, a déclaré Michaëlle Jean. Elle rappelle que le mandat premier des forces de défense et de sécurité est d'assurer, avec professionnalisme et rigueur, la sécurité des personnes. La Secrétaire générale de la Francophonie, qui a nommé au début du mois d'avril l'ancien président du Cabo Verde, António Mascarenhas Monteiro, en tant qu'Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, s'est entretenue avec lui longuement par téléphone dès vendredi, indique le communiqué. L'OIF réitère sa disponibilité, en concertation avec les autres partenaires internationaux, à contribuer activement à la consolidation de la paix et de la démocratie au Burundi, mentionne la même source.