Bignona : un plan de développement intégré des zones insulaires préconisé

1

Il faut qu'on conçoive et qu'on mette en œuvre un plan de développement intégré de ces zones spécifiques. Les îles n'ont pas les mêmes réalités que le continent a-t-il déclaré dans un entretien avec l'APS, en marge de la cérémonie officielle du forum des femmes de Niomoune. Le chef du service régional de la planification a précisé que l'extrême Sud-ouest de la région de Ziguinchor abrite une vingtaine d'îles. Ces îles sont confrontées aux mêmes problémes de l'enclavement, de l'accès aux services sociaux de base (eau potable, assainissement, l'avancée de la mer), a-t-il poursuivi. Boubacar Bâ a fait part de l'existence d'un projet de gestion intégrée des zones côtières qui est initié par le gouvernement sénégalais avec l'appui de l'Union européenne (UE). Un processus de planification a été conduit au niveau de 'île de Diogué située à l'embouchure du fleuve Casamance à l'issue duquel des projets structurants ont été identifiés. Boubacar Ba a souligné que le plan a pris en compte l'ensemble des questions y comprise la restructuration de l'habitat en raison de l'érosion côtière. Pour la question de l'accès à l'eau potable, le chef du service régional de la planification a préconisé de creuser des forages dans les endroits où il est possible de trouver des nappes qui ne sont contaminées par la salinisation. M. Bâ a cependant souligné qu'il existe des alternatives, citant la désalinisation de l'eau de mer pour satisfaire les besoins des insulaires. Il dit avoir défendu au moment de réfléchir sur la cohérence territoriale dans le cadre de la mise en œuvre de l'Acte 3 de la décentralisation, la création d'une communauté des îles pour marquer de façon durable la présence de l'administration publique et des collectivités locales. Les insulaires ont raté cette occasion. Dans le cadre du Projet de gestion intégrée des zones côtières, on avait réfléchi et abouti à un réseautage des îles. Un consultant a été commis pour faire ce travail, a-t-il poursuivi. D'une manière ou d'une autre, pour ces plans intégrés, il faudrait qu'il y'ait un organisme de portage. C'est la raison pour laquelle, ces réseaux pourraient être une opportunité pour porter ce plan qu'il faudra mettre en œuvre qui doit nécessiter l'expertise régionale mais aussi nationale et internationale, a préconisé M.Bâ.