Ebola : une ONG offre du matériel de protection à des postes de santé

Collectivités locales

Le matériel acquis dans le cadre d'un projet de prévention de la fièvre à virus Ebola, lancé en janvier dernier par le Cercle des amis de Tambacounda, une ONG basée en Allemagne, était présenté aux différents acteurs du projet, parmi lesquels, des représentants des autorités médicales et religieuses, des relais et superviseurs du projet. Le secteur de l'éducation, une des principales cibles du projet, était également représenté. Entreposé au Centre d'énergie solaire, d'hygiène et de formation professionnelle, le matériel est composé de 240 masques spéciaux, 125 paires de lunettes de protection, 125 paires de bottes, 144 paires de gants, 125 rouleaux de ruban adhésif, et autant de sacs à ordures, 10 boites de gants à jeter contenant chacune 50 paires. Le tout pour un coût global de 6 millions de francs CFA, compte non tenu du transport, a relevé M. Sané, président du Cercle des amis de Tambacounda. Ce lot est destiné aussi bien à des postes de santé de la commune de Tambacounda, qu'à ceux de dix villages situés le long des frontières avec le Mali et la Guinée. Les autres services impliqués dans la lutte contre Ebola, comme le service d'hygiène sont aussi concernés, par ces kits devant être redistribués par les autorités sanitaires. Le responsable de l'ONG a mis en garde contre le risque de voir ce matériel de revendu dans des pays voisins. Pour Abdou Karim Sané, ce matériel est une modeste contribution à l'effort de l'Etat pour prévenir cette maladie qui a causé la mort de milliers de personnes dans la sous-région, notamment en Guinée et au Libéria. L'imam Malick Wilane de la grande mosquée de Saré Guilél a salué l'action de M. Sané, et a invité les populations à le soutenir, pour le bien de la communauté. La religion ne se limite pas à la prière, a-t-il dit, ajoutant que le prophète (PSL) a dit que le meilleur des hommes est celui qui est le plus utiles pour ses semblables. Des maladies qui ont disparu en Europe continuent de tuer des milliers de personnes en Afrique du fait de la pauvreté et du défaut de prévention, a-t-il dit. Dans la même veine, d'autres intervenants, dont pape Saboye Mbaye, responsable de la communication pour la santé au district de Tambacounda ont axé leur communication sur la nécessité d'être solidaire pour venir à bout d'Ebola et d'autres défis sanitaires, voire économiques auquel le pays est confronté. Axé sur la vulgarisation de l'information au sujet d'Ebola, le projet lancé en janvier dernier pour une durée de six mois, compte transmettre le savoir pour stopper (la) propagation de cette maladie. Pour ce faire, il table sur l'organisation de 50 causeries à travers la commune qu'il a subdivisée en six zones dans lesquelles interviennent les 60 relais qui ont été formés à cet effet. Quelque 3.000 dépliants sur la maladie ont été confectionnés, ainsi que 300 tee-shirts. Des spots radio en langues nationales ont été aussi diffusés. Le coût global de cette initiative est de 16,2 millions de francs CFA, dont 14 déjà consommés dans la prise en charge des relais, de la communication, etc. Une évaluation générale sera faite le 1-er juin et des perspectives définies, a annoncé M. Sané, qui a relevé par ailleurs la nécessité de sensibiliser les daaras (écoles coraniques) qui constituent une couche vulnérable.